Poudlard - Next Gen

Qu'est devenu Poudlard après le départ d'Harry?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
David England
Chef de l'ordre du Phoenix | Père des England | Propriétaire de l'auberge Aux Trois Baguettes
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 23/03/2015

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Jeu 11 Juin 2015, 18:23

Je commençai à me diriger vers les cuisines, lorsque Liam commença à se débattre comme un démon dans mes bras. Mon fils se mit à pleurer et hurler dans mes bras, j'essayai de le retenir du mieux que je ppouvais.




NON, hurla Liam




 Malgré tout, je continuai de me diriger vers le dortoir des Poufsoufles, je dûs m'arrêter, lorsque je sentis les mains de mon propre fils, s'enrouler autour de mon cou et serrer. L'air cessa de passer, je luttai pour respirer. Derrière nous, Kendall se mit à hurler de terreur. Je devais avouer que de voir son fils étrangler son époux n'était pas une vue amusante.. Je ne paniquai point, je savais que Liam avait des graves black out et quelqu'un devait l'arrêter. Malheureusement, pour moi, la personne qui arrêtait mon fils n'était nul autre que moi. Derrière lui, je vis Edward Clark et Jared arriver au loin. Ce dernier sprinta vers nous, étendit ses bras derrière mon fils, avant de lui murmurer des paroles rassurantes à l'oreille. Liam se calma aussitôt et se laissa tomber, mais Jaredd le rattrapa à temps. Je regardai mon fils de haut avec un regard inquiet. Jared le tenait dans ses bras, le couvrant d'un regard amoureux, Liam plongea ses yeux verts dans le regard de son ami.




Je devrais pas exister, dit mon fils à son ami.




J'allais le prendre dans mes bras et lui dire de ne pas dire de sottises comme cela, qu'un cri sonore résonna dans le hall. Jared, tenant toujours mon fils contre lui, se retourna vers la provenance du cri. Je suivis son regard et vis une jeune fille en boule surle plancher. Je vis que des larmes de sang coulaient de ses yeux.




PAPA, cria Jared.




Je fis signe à Kendall d'aller voir la jeune fille. Je m'agenouillai près de Jared et lui pris mon fils des bras. Je serrai mon enfant dans mes bras, me rappelant du bonheur que j'avais ressentis lorsqu'il avait prit son premier souffle.




Liam, soufflais-je à son oreille. Jamais je n'ai été aussi fier de toi. Je t'aime mon fils. Tu es une fierté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Jane Nicklaus
Mangemort
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 09/11/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Sam 13 Juin 2015, 21:36

Le petit enfant ne cessait de se tortiller sur le plancher de pierre, pour mon pur plaisir. Il hocha la tête négativement, refusant de supplier. Je ne pouvais m'arrêter de rire, le fait de le voir souffrir m'excitait tellement. Avant qu'il meure, j'allais m'amuser avec lui, pensais-je. Je sentis ma tête tirée vers l'arrière, suivi d'une souffrance. On tirait mes cheveux. Je sentis la pointe d'une baguette dans mon cou, je souris à ce contact.



Tu retouche une fois à mon p'tit frère, Nicklaus et y va falloir des experts en puzzle 8000 pièces pour te reconnaître, dis la voix d'un jeune homme que je ne connaissais que trop bien.



Cette voix était celle de ce connard de Jason Potter, un pauvre idiot amoureux d'une fille qu'il n'aura jamais. Je souriai encore plus, en voyant son petit frère, un autre Potter, ramasser sa baguette et la pointer sur moi.





J'te jure, bredouilla le bébé Potter. Je... J'ai pas voulu fausser compagnie à ma salle commune. Je... J'étais dans la lune.



Profitant du fait que la prise de Jason s'était un peu déserrée, car son frère avait son arme pointée sur moi; je donnai un violent coup de coude dans les côtés de mon ancien ennemi. Je levai ma baguette sur le jeune Potter.



Incarcerem, criais-je alors que des cordes sortaient de ma baguettes et ligotaient le jeune.



Je me retournai vers Jason avec un sourire diabolique et lui assenai un violent coup de pied en riant.





Je vais laisser la chance à Vic de détruire ton joli visage d'ange, Potter, crachais-je en transplanant.



Je réapparut dans la cour du château et pointai le ciel de ma baguette.


Morsmordre, dis-je.


La marque des Ténèbres apparue dans le ciel, dominant Poudlard de toute sa grâce et sa puissance. J'éclatai d'un rire sonore.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owen Bilson
Mangemort | Loup-Garou
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/03/2015

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Sam 13 Juin 2015, 22:53

Je poussai ma soeur adorée vers le petit lionceau, afin de profiter du spectacle, qu'elle nous donnerait. Mais la petite couleuvre de Bloodgut se plaça entre Jo et notre victime. Elle assena un violent coup de poing sur la joue d'England. Je souris et laissai échapper un petit rire, alors qu'elle plaçait ses mains autour de son cou et serrait. Je baissai les yeux, pour laisser échapper un autre rire. Lorsque je relevai le regard, la petite serpent gisait sur la chaise et le petit lion s'était envolé. Vic grogna et réanima la petite idiote.




C'est le temps de prouver ta valeur, vélane. Tue dix élèves et tu as ta marque,dit ma chef.




Je relevai un sourcil, tuer dix élèves, trop facile pour elle. En regardant le joli visage de la jeune fille, je sus qu'elle en serait incapable. Elle se leva et se dirigea vers la porte. Une fois, la jeune fille partie, Vic se retourna vers ma soeur et moi.




Owen et moi, on va aller à l'école
, chantonna Jo. J'ai tant de corrections à faire et toi t'as une éducation à rattraper.





Je souris, alors que ma soeur chérie prenait ma main. Elle était tellement dérangée, j'adorais cela. Johanna m'entraîna dans le tunnel vers Poudlard. Après quelques minutes de course, nous arrivâmes au trou près du Saule Cogneur. Jo sortit et m'aida à en sortir. Elle se mit à rire et sauta dans mes bras.





Oh Owen, dit-elle en trépignant. J'ai une victime parfaite pour toi, chéri, notre bibliothécaire est une cracmolle. Je souris à ses paroles. Tu pourrais lui faire regretter d'être née.






Nous pénétrâmes le château rapidement, Jo me laissa devant une porte, qui menait au corridor de la bibliothèque. Elle me fit signe d'y aller, mais avant qu'elle ne s'éclipse, je la saisis par la taille et l'embrassai sauvagement sur les lèvres. Je marchai vers le corridor, en sortant ma baguette. Je déroulai les manches de mon veston, dissimulant ma première marque des Ténèbres, l'autre étant dans mon dos. Je poussai la porte débarrée de la salle des livres et entendis le battement frénétique de la jeune femme. Son coeur battait rapidement de la peur. Je souris, délectable.




Qui... Qui est là
, lança sa douce voix.





Je me raclai la gorge.





De l'aide, dis-je d'une voix rassurante et inquiète. Je travaille pour l'Ordre, je suis venu voir tout le monde était en sécurité.






Entendant cela, je vis une frêle jeune femme sortir de derrière un rayon. Je souris doucement avant de lever ma baguette vers elle.





Incarcerem
, dis-je doucement.





Des cordes sortirent de ma baguette et attachèrent la jeune femme, qui poussa un cri sonore. Je la poussai sauvagement suur l'une des longues tables et grimpai par dessus elle. Je plaquai mes lèvres sur les siennes, avant de faire courir ma langue dans son cou. Je levai une main griffue et déchirai sa chemise de nuit, dévoilant sa petite poitrine. Je devins fortement excité, une large bosse se forma dans mes pantalons. Je débarquai de la jeune fille, avant de remonter son jupon de sa chemise de nuit. Je détachai mon jean et tassai mon boxer, avant d'entrer en elle et d'entamer un violent va et vien.





NOAAAAAAAAAAAAAAAAH
, hurla la jeune fille.





Je ris comprenant qu'elle appelait au secours, mais mon regard devint agressif, lorsque j'entendis des  pas dans le corridor derrière moi. Les portes s'ouvrirent sur un jeune homme, je lui lançai un sourire sadique, avant de violement planter mes crocs dans la gorge de la femme. Elle aurait la même malédiction que moi. Je transplanai d'un seul coup et réapparut sur le toit de Poudlard. Je vis la marque des Ténèbres flotter au dessus de l'École et lançai un long hurlement lugubre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judy Milena Lakimov
Directrice
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 14/01/2015

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique: Ébène • Plume de Vivet Doré • 31.5cm

MessageSujet: Re: La Guerre   Dim 14 Juin 2015, 14:42

Après avoir quitté mes enseignants dans la tour d'astronomie, j'avais d'abord fait plusieurs arrêts méthodiques. Premièrement, dans mon bureau, qui détenait la meilleure vue de tout le château. Je m'étais assurée que les sortilèges de protection de mon équipe avait bien formé un dôme parfait sur tout le terrain de Poudlard. Étrangement, j'étais incapable de sourire tandis que les dernières formules fusionnaient ensemble. J'avais un très mauvais pressentiment, et comme je me trompais rarement, je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter pour tous les gens présents dans l'école. Toutes leurs vies étaient entre mes mains. Je croisai mes bras contre ma maigre poitrine, avant de me dématérialiser en une nouvelle pluie d'étoiles dorées. 


Je réapparus alors à l'orée de la forêt interdite, exactement à la limite de la protection du château. Lentement, je glissai mon index dans la barrière magique, et j'échappai un juron en constatant qu'elle se défaisait au moindre contact. J'aurais du le sentir. Ils avaient mis des sorts nous empêchant de protéger Poudlard. C'était terminé, maintenant n'importe qui pourrait y entrer, même un moldu. Mes yeux se remplirent de larmes juste à l'idée de voir tout le monde se faire massacrer. Mais ça n'allait pas se passer comme ça. Je me dématérialisai de nouveau, apparaissant de nouveau dans la tour d'astronomie. Je fus satisfaite de voir que mes enseignants avaient quitté les lieux. Car ils ne devraient pas assister à ça. Cette magie était beaucoup trop ancienne pour eux. Et surtout, mon corps ne la supporterait pas. Mais je devais le faire afin de protéger les miens. 


Soudain, j'entendis des pas à l'étage supérieur de la tour. Je fronçai les sourcils, montant à pas de loup les marches qui me séparaient de ce palier. Arrivée sur place, je fus surprise de voir Victoria Swift, une ancienne étudiante de Poudlard, qui longtemps s'était battue dans mon camp. Ça me désolait de la voir ainsi. Mais je devais gagner du temps, et surtout la faire parler. Je dégainai donc doucement ma baguette, avant de la pointer sur elle. 


- Comment es-tu entrée ? lui demandais-je soudainement, bien que je connaissais la réponse.


La jeune femme se retourna brusquement, dardant son regard mordoré sur moi. Son sourire sadique m'atteint directement au coeur. J'avais toujours été là pour elle, et maintenant je pouvais ressentir sa forte envie de me tuer. Je ne bronchai pas, ne désirant pas montrer la moindre faiblesse. Cependant, elle éclata d'un rire sonore, me prenant totalement au dépourvu. Mes sourcils s'abattirent alors sur mes yeux océans, cherchant en vain la raison de son hilarité. Je tins donc plus fermement mon arme dans ma main, ne lâchant pas ma concentration, prête à intervenir. 


- Je t'ai posé une question, Victoria, continuais-je alors. 


Je savais qu'en lui parlant de la sorte, je pouvais empêcher plusieurs morts, et retarder ses instructions. Mais sa présence signifiait que les Mangemorts avaient déjà infiltré le château, et je n'avais rien pu faire. Ils m'avaient bien eue, cette fois. 


- Quoi? répondit-elle soudainement, moqueuse. Si je réponds pas tu vas me mettre en retenue ?


Étant totalement incapable de me faire parler de la sorte, mes yeux se remplirent de larmes. C'était le désavantage d'être enfermée dans une gamine. Mais je possédais tout de même certains pouvoirs d'antan. Je me branchai donc à ses pensées, chose qu'aucun sorcier ne savait faire. Du moins, des sorciers des temps modernes. Ce savoir s'était perdu au fil des années. Je fus étonnée de voir qu'elle sous-estimais ma puissance, vu mon corps. Tant mieux. Ça signifiait que j'avais bien dosé ma puissance devant les autres. Je devais d'ailleurs seulement m'en servir en dernier recours. Cependant, je ne pus m'empêcher de réagir lorsque je constatai qu'elle se croyait réellement supérieure.


- Tu crois vraiment que j'suis assez sotte pour montrer mes faiblesses ? lui dis-je alors, feignant d'être insultée. 


Je vis alors la colère obstruer son regard, et son arme se lever sur moi. Avant même d'entendre ce qu'elle souhaitait me jeter, je disparus dans une pluie d'étoiles dorées, réapparaissant aussitôt derrière elle. Victoria poussa un puissant cri de rage, tandis que je la fixais de mes grands yeux bleus. Elle se retourna vivement, me fixant sévèrement. 


- Tu as fait le mauvais choix, il y a quelques années, tentais-je d'une voix délicate.


Je n'eus pas le temps d'en rajouter davantage que son poing s'asséna brusquement sur mon nez, le cassant sur le coup. Ne m'attendant pas du tout à ça, je me mis à chanceler sur mes jambes, reculant lentement mes sûrement vers le vide. Et j'étais incapable de revenir vers l'avant de moi-même. La jeune Swift me saisit alors par le collet, me soulevant du même coup. Elle dégaina un petit poignard de sa botte en cuir, le dirigeant rapidement vers ma poitrine. MERDE. Je me concentrai alors sur ses poumons, les comprimant de l'intérieur, la privant instantanément de son air. Cherchant son souffle, Victoria me relâcha, et aussitôt j'arrêtai ma magie meurtrière. Mon but n'était pas de prendre sa vie, mais bien de la raisonner. Elle prit aussitôt une énorme bouffée d'air, tandis que j'essayais de réparer mon nez qui me faisait souffrir, sans succès quelconque. 


- Je t'en prie Victoria, cesse cette attaque inutile, la suppliais-je de ma voix cristalline. 


Elle éclata de rire, ce qui me prit quelque peu au dépourvu. Je commençais à constater l'étendue des dégâts dans sa tête, et je me désolais de voir qu'ils étaient probablement irréparables. La jeune femme brillante qui avait foulé les marches de ce château pendant sept ans n'était plus, et rien de ce que je pouvais faire n'allait la ramener. Mes yeux se remplirent à nouveau de larmes, tandis que je levais mon arme contre elle. J'était peut-être incapable de la tuer, mais j'allais la livrer à Azkaban. 


- Livre-moi England, le lion, et je cesse tout, dit-elle alors. C'est le seul marché que je t'offre, sinon c'est ton coeur que je vais manger ce soir au souper. 


Je fus si surprise par ses dires que je fus incapable de faire quoi que ce soit. Victoria profita de mon inaction pour me désarmer, puis lancer son petit poignard, qui s'enfonça dans mes côtes comme dans du beurre. Je poussai un hurlement de douleur, avant de m'effondrer au sol de la tour d'astronomie. Ne possédant plus ma baguette, je ne pouvais pas quitter le corps afin de conserver ma vie. C'était donc mon âme qui s'éteindrait à jamais si elle parvenait à me tuer. Je pus voir ses pas se diriger vers moi. Elle grimpa à califourchon sur mon petit corps meurtri, avant de retirer son arme blanche de mon flanc. Elle lécha ensuite la lame dégoulinant de mon sang, me donnant un haut-le-coeur.  


- Adieu, Judy, me cracha-t-elle fièrement.


Victoria leva son arme au-dessus de moi, la dirigeant à une vitesse fulgurante vers mon cou. Elle voulait être sûre que je sente la vie quitter mon être et que j'agonise. Cependant, possédant une vieille âme, je n'avais pas peur pour moi. J'avais surtout peur pour toutes ces vies qui grouillaient dans le château. Brave, je fixais la chef des mangemorts directement dans le creux des yeux. 


Son arme s'arrêta soudainement à quelques centimètres à peine de la peau de mon cou, et j'écarquillai les yeux, me demandant qui venait à mon secours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Clark
Membre de l'ordre du Phoenix
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 23/03/2015

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Dim 14 Juin 2015, 15:36

La seconde où j'avais quitté mon époux, un énorme vide se forma dans ma poitrine. Je ne cessai pas de courir, sauf lorsque j'arrivai dans les serres. Je marchai lentement dans la serre numéro un, baguette parée, je remarquai qu'elle était vide. J'avançais vers le numéro deux, j'y aperçus du mouvement. Je pointai ma baguette vers la silhouette, en entrant silencieusement dans la serre. Je me lançai vers la personne, qui se retourna vers moi. Je reconnus un rire et le regard d'un homme avec qui j'allais l'école. Micheal Porter.





Caitlyn, dit-il de sa voix baveuse. Je n'ai jamais compris pourquoi tu as choisis cet impotent d'Edward. J'aurais été parfait pour toi.





Je fermai les yeux un moment, pour me revoir en quatrième année, amoureuse de mon époux et suivie par Micheal, qui était à Serpentard. Celui-ci m'avait demandé de l’accompagné au bal d'hiver et je lui avais refusé sa demande, devant une bonne partie de l'école. Tous avaient ris de lui. Je rouvris les yeux, pour poser un regard doux sur lui, mon arme toujours pointée sur lui.





Micheal, je t'en prie
, dis-je doucement. Tu as choisi le mauvais camp. S'il te plaît..





Caitye, Caitye, dit-il de sa voix cruelle. J'ai si bien choisi. Viens avec moi. Voyant que je refusais de la tête. D'accord alors crèves. AVADA...





STUPÉFIX
, hurlais-je.





L'éclair le frappa en pleine poitrine et je courus vers le Hall. Je vis Liam dans les bras de David, Kendall qui pleurait, Jared qui pointait une jeune fille du doigt. Je courus vers mon époux et lui fonçai dans les bras et laissai aller un sanglot. Je n'eus pas le temps de me laisser aller plus que cela, je vis la jeune fille que mon fils pointait. Je tirai le bras de mon époux en me dirigeant vers la jeune fille, je m'agenouillai dans la flaque de sang et la pris contre moi.




Ed, dis-je d'une voix triste. Il faut l'aider.





Je berçai la jeune fille contre moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam England
Étudiant de 5e année | Capitaine de l'équipe de Gryffondor | Gardien | Administrateur
avatar

Messages : 496
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Choix de Cours: Études des Runes Anciennes
Deuxième Cours: Divination
Baguette Magique: Charme blanc, plume de vivet doré, 27cm

MessageSujet: Re: La Guerre   Dim 21 Juin 2015, 22:54

Je ne savais pas ce qui m'avait poussé à dire le fond de ma pensée. Non mais c'était vrai. Je ne devrais même pas exister. Une personne qui étranglait son père, son meilleur ami, bah, son petit copain maintenant, et qui attaquait même sa petite soeur ne devrait pas être en ce monde. Du moins, pas de mon avis. Et j'étais persuadé que Jared pensait exactement la même chose. La seule différence, c'était que lui ne laisserait jamais ces mots franchir sa bouche. Étrangement, le silence était tombé sur la pièce. Ou alors je m'étais involontairement coupé de tout son. Mais une dose d'amour me submergea soudainement alors que mon amoureux resserrait tendrement son emprise sur mon corps tout mou. Je me laissai faire, profitant de ces quelques instants de non intimité pour admirer son amour. Car même devant nos parents, il s'occupait de moi. 


Soudain, la chaleur de Jared me quitta pour être remplacée par une autre, beaucoup plus réconfortante. J'osai relever doucement la tête, pour croiser le doux regard de mon père, qui me protégeait jalousement dans ses bras. Je lui enviais d'être tout à fait normal. Lentement, les sons revenaient à mes oreilles, et je me calai encore plus dans les bras de mon père, afin de m'isoler de tout ce qui pouvait bien se trouver autour de nous. 


- Liam, me chuchota-t-il alors au creux de l'oreille. Jamais je n'ai été aussi fier de toi. Je t'aime mon fils. Tu es une fierté. 


J'écarquillai les yeux, me demandant en quoi un père pouvait être fier de son fils qui perdait le contrôle et tentait de l'étrangler. Je commençai alors à me débattre comme un fauve dans ses bras, mais ses muscles étant plus puissants que les miens, il me retenait fermement contre son torse, mais dans une infinie douceur. 


Après plusieurs minutes, j'étais trop fatigué pour continuer de me battre. Je m'écrasai donc mollement dans les bras de mon père, qui desserra son emprise, sans toutefois me laisser quitter ses bras. J'enfouis brusquement ma tête dans son cou, comme un gamin.


- J'veux aller à la maison, lui soufflais-je en étouffant un sanglot. 


David se leva alors, me gardant dans ses bras. Je relevai doucement la tête, puis je croisai le regard noisettes de Jared, qui me regardait avec souffrance. Honteux, je cachai de nouveau ma tête dans le creux du cou de mon père, puis je sentis qu'il transplanait. 


Lorsqu'il me déposa au sol, je ne résistai pas. Je savais qu'il m'avait ramené à la maison. Je gardai la tête basse, tandis qu'il appelait avec l'aide de sa baguette tous les objets se trouvant dans ma chambre avec lesquels je pourrais être susceptible de m'enlever la vie. Merde. Je me jetai à plat ventre sur mon lit, alors que mon père finissait sa tâche. 


- Ta mère et moi on revient aussitôt que possible, me dit-il alors.


Je hochai doucement la tête en laissant échapper un sanglot. Impuissant, mon père transplana de nouveau dans un crac sonore, me laissant totalement seul. Aussitôt, je me relevai, afin d'aller dans la cuisine. Je posai ma main sur la poignée, mais il était impossible de l'ouvrir ! 


- Merde papa ! sifflais-je en constatant qu'il avait jeté un sort sur la porte.
 


HJ: PARTI !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-nextgen.forumactif.org
Amandyne Fairley
Bibliothécaire | Loup-Garou
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 05/06/2014

MessageSujet: Re: La Guerre   Dim 21 Juin 2015, 23:29

Cette journée-là s'était déroulée comme les autres. À une exception près: Noah avait passé son temps à me déranger dans mes tâches. En effet, depuis que nous étions eum... un couple, si je puis le dire ainsi, il passait le plus clair de son temps dans ma bibliothèque, à prétendre m'aider alors qu'il ne faisait absolument rien, sauf me ralentir. Mais je m'en fichais. J'étais éperdument amoureuse de lui. Ça donnait seulement plus de travail à la jeune Audrey, mon assistante, mais elle ne s'en plaignait pas. Au contraire, elle semblait plutôt heureuse de pouvoir mettre ses connaissances à l'épreuve. Et moi, ça me détournait de mon but ultime, que je n'avais pas encore révélé à mon amoureux. Je savais bien qu'un jour ou l'autre, il devrait être au courant, mais je ne m'y étais pas encore résolue. De toute façon, s'il avait la solution pour les cracmols, je crois qu'il me l'aurait déjà partagée depuis des lustres. Cependant, je savais qu'il pouvait m'être utile dans mes recherches. Mais comme je ne voulais pas nuire à ses études, je ne lui en avais pas encore glissé un mot. 


Je sortis de ma chambre, pieds totalement nus, ne portant qu'une simple nuisette. J'avais un peu de travail à rattraper, et ce n'était pas en admirant le plafond de ma chambre que ça allait avancer. À pas feutrés, je me faufilai dans la Réserve, chandelle à la main, afin de trouver un livre que je n'avais toujours pas réussi à ouvrir. Sans doute fallait-il posséder de la magie pour le faire, mais je ne voulais importuner personne. J'allais donc tenter d'autres moyens. J'aperçus finalement le vieux bouquin sur une étagère poussiéreuse. Je le saisis délicatement, la reliure étant extrêmement fragile. 


Je sursautai vivement, tandis que l'alarme de sécurité retentissait dans tout le château. Je grognai intérieurement, sachant que je ne pourrais pas mettre mon plan à exécution ce soir. Faisant partie du personnel enseignant, je me devais d'aider les enseignants à établir les défenses, même si ce n'était que par la seule force de mon esprit. Car j'avais de très bonnes idées. Je rapportai donc le livre à sa place, me promettant de le consulter plus tard. Aussitôt fait, je me dirigeai vers ma chambre, afin d'enfiler des vêtements un peu plus décents pour l'occasion. J'ouvris ma commode, cherchant quelque chose. Mes pensées voguèrent lentement vers Noah, me demandant s'il était en sécurité. Il était probablement plus apte que moi à se défendre, mais je ne pouvais tout de même pas m'empêcher de m'inquiéter à son sujet. 


Malgré l'alarme qui continuait de faire des siennes, je pus entendre la porte de la bibliothèque s'ouvrir, pour ensuite se refermer. Je fronçai les sourcils, me demandant qui venait ici alors qu'elle était fermée. Probablement Noah, qui souhaitait voir à ma protection. Tout de même, je laissai mes petits pas feutrés me mener vers l'entrée, mais curieusement je me cachais dans les rayons. Je commençais à me méfier. En effet, mon amoureux aurait depuis longtemps annoncé son arrivée afin de ne pas m'inquiéter. Rapidement, la peur s'empara de mon être, faisant battre mon coeur frénétiquement. 


- Qui... Qui est là ? eus-je enfin la force de demander. 


Je cherchais quelque chose pouvant me servir d'arme près de moi, mais il n'y avait malheureusement que des livres. Un homme se racla soudainement la gorge, me faisant sursauter vivement. Je priais intérieurement pour que ce ne soit pas de la mauvaise compagnie. 


- De l'aide, se déclara alors la douce voix d'un homme. Je travaille pour l'Ordre, je suis venu voir que tout le monde était en sécurité.


Je poussai un soupir de soulagement, avant de marcher lentement vers l'entrée. Je daignai enfin de sortir de derrière un rayon, la mine visiblement inquiète. Je ne pouvais pas voir qui se trouvait devant moi, puisque les rayons lunaires m'en empêchaient. Je continuai donc de m'approchai, pour finalement constater que j'étais à portée de sa baguette, bien tendue vers moi. Je n'eus même pas le temps de prendre mes jambes à mon cou et me sauver que des cordes sortirent de son arme, afin de me ligoter. Je poussai un hurlement malgré moi, sachant qu'il me serait maintenant impossible de me défendre. 


Soudain, l'homme sauta sur moi, afin de m'étendre contre l'une des tables d'études. J'écarquillai le regard, tandis qu'il levait sur moi une main griffue. Lisant beaucoup, je savais que j'avais à faire avec un loup-garou. Je me débattis donc comme une fauve, mais il n'y avait rien à faire. Il déchira prestement ma nuisette, révélant ma poitrine nue. Tentant, d'être courageuse, je retenais de mon mieux les larmes de peur. Cependant, lorsque ses lèvres se plaquèrent brutalement contre les miennes, je compris ce qu'il allait me faire, et je ne pus empêcher les larmes silencieuses affluer de mes yeux. Il remonta alors le jupon de ma nuisette, révélant cette fois mon intimité. Je le fixais, tentant qu'il me prenne en pitié, mais il n'y avait rien à faire. Il baissa son pantalon, tassa son boxer, révélant un monstrueux membre, qu'il pénétra aussitôt en moi.


- NOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! hurlais-je, assaillie par la douleur.


Il me pénétrait avec force et frénésie, me faisant hurler de douleur à chaque fois. Après quelques instants, je n'avais même plus la force de crier. En effet, il ne faisait qu'un mouvement puissant de va-et-vient, mais plus rien ne sortait de ma bouche. J'étais comme une poupée sans vie. C'est alors que je sentis ses crocs s'enfoncer dans la chair de mon cou. Mourir, je voulais mourir. Il disparut soudainement, et son sortilège de ligotage aussi. Je me laissai glisser en bas de la table, mais deux bras musclés me retinrent. Je croisai alors le regard de mon amoureux, et j'éclatai en sanglots amers, me sentant souillé par ce loup-garou, qui venait inévitablement de me transmettre sa malédiction. 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn Northman
Étudiante de 6e | Batteuse | Vampire
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 11/03/2015

Feuille de personnage
Choix de Cours: Études des Runes Anciennes
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Mar 30 Juin 2015, 00:17

Il laissa alors tombé sa baguette sur le sol avant d’y poser son derrière également. Il ne semblait pas comprendre ce qui ce passait. Je devais avouer que c’était une chose bouleversante, mais quand même, j’étais une vampire et une vampire très très âgée après tout.


Mais... mais... Comm... Comment, bafouilla-t-il alors.


C’était tout à fait possible puisque j’étais née dans en 1670 et que les valeurs n’était pas les même que celle d’aujourd’hui. Bien sûr c’était chose courante dans les années de mon adolescence de se marier et de fondé sa famille, mais pour ceux qui me rencontrais aujourd’hui, ils avaient du mal à croire que j’ai pus avoir deux enfants.


Je devais expliquer la situation à mon petit fils maintenant, mais je devais trouver la façon parfaite pour tout lui expliquer simplement, mais surtout pour lui éviter le choc une nouvelle fois.


Je n’avais aucune idée de comment je pouvais lui expliquer les choses rapidement. C’était une histoire assez compliqué qui prendrait sans doute beaucoup de temps à expliquer. Mon cerveau tournait à mille à l’heure. J’avalai de travers, comment pouvais-je lui expliquer.


Je suis née en 1670, tentais-je alors de lui expliqué. Je me suis mariée en 1684, avec Charles Northman, un jeune Gryffondor de deux ans mon aîné, bref nous eûmes deux enfants, Mathis et Maxence. J’ai été transformé quelques mois après la naissance de Maxence que je ne pus voir grandir. Ils eurent chacun à leur tour diverse enfants et fondèrent leur famille que se poursuivis sur des générations et générations jusqu’à toi Eliott. Tu descends de Mathis... mon petit garçon adorée...


Mes yeux commencèrent a s’humidifié, malgré moi. Je trouvais difficile chaque jour de mon existence d’avoir été séparée de mes enfants, mais devoir l’expliqué à l’un de mes petits enfants, c’était une chose encore plus difficile.


Je... tentais-je de poursuivre difficilement. Je suis revenue ici... simplement parce que j’ai sentis que tu courrais un grave danger... et... et...



J’étais incapable de poursuivre prise d’un sanglot étouffant. 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Potter
Enseignant d'astronomie
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Mar 30 Juin 2015, 00:25

Je jetai un regard inquiet vers mon frère qui me regarda bredouille. Je reposai ensuite mon regard haineux sur la mange marde que je menaçais du regard.


J’te jure, dit alors mon frère, attirant mon attention. Je... j’ai pas voulu fausser compagnie à ma salle commune. Je... j’étais dans la lune.


J’ouvris la bouche pour faire la morale à mon frère, mais je reçu alors un violent coup de coude dans les cotes, m’arrachant une longue plainte.


Incarcerem, dit-alors mon ancienne collègue de classe.


Je me retrouvai ligoté au sol, incapable de me défendre d’une quelconque façon que se soit. Je reçu alors un coup de son pied, me faisant grogner. Naomi se pencha alors vers moi, me menaçant du regard.


Je vais laisser la chance à Vic de détruire ton joli visage d’ange Potter, cracha-t-elle avant de transplaner.


Je restai ligoté au sol durant un bon moment, incapable de me défaire du sors de cette stupide Nicklaus.
Le sortilège mourut de lui-même et je me relevai difficilement, posant ma main contre mes côtes douloureuses. Je lançai ensuite un regard sévère en direction de Timmy.



Tu retourne à ton dortoir, dis-je furieux. IMMÉDIATEMENT !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah Weasley
Étudiant de 7e | Batteur | Champion de Poudlard
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 11/10/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Études des Runes Anciennes
Deuxième Cours: Divination
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Jeu 16 Juil 2015, 20:43

J'étais monté dormir, après que l'alarme avait sonnée. En fait, j'avais essayé tant bien que mal de m'endormir, mais je n'arrêtais pas de penser à Amandyne. Elle ne pouvait pas se défendre, si quelqu'un envahissait sa bibliothèque. Je me retournai sur le dos, pesant le pour et le contre de désobéir aux réglements. Mon grand-père l'avait fait souvent avec ses deux amis, lors de sa scolarité... N'en pouvant plus, je me redressai dans mon lit, aggripant un boxer et mon jean, que je revêtis en une seconde. Je pris un tshirt gris et ma veste à capuchon noire, les revêtis et pris ma bbaguette au passage. Je descendis dans ma salle commune, plusieurs de mes compatriotes étaient toujours debout à attendre la fin de l'alerte. Je fonçai vers la porte, en entendant des exclamations de surprise. Je sortis dans le corridor et regardai aux deux extrémités de ce dernier. Je vis que l'école était plongée dans la noiceur et que seules quelques torches illuminaient à peine le corridor.


Lumos, soufflais-je, alors que la pointe de ma baguette s'illuminait.



Je me dirigeai vers les escaliers et les gravis silencieusement vers l'étage de la bibliothèque. Je déambulai dans un labyrinthe de corridors, avant de déboucher dans celui, incroyablement sombre de la bibliothèque. C'est alors qu'un cri me glaça le sang.




NOAAAAAAAAAAAAAAH, cria la voix d'Amandyne.


Mon coeur se mit à se débattre dans ma poitrine, je me mis à courir vers la bibliothèque de mon amante. Mes pas résonnaient dans le corridor, j'ouvris magiquement les portes du repaire du savoir et le spectacle qui s'offrait à moi faillit me rendre malade. Un homme avait forcé ma belle bibliothécaire à se coucher sur l'une des tables et était grmpé sur elle. Je pouvais voir le jupon de la robe de nuit de mon amante, remonté en haut de sa taille fine. L'homme venait de la prendre et était toujours en elle, il éclata d'un rire sonore, avant d'enfoncer ses crocs dans la gorge de ma Amandyne. Je levai ma baguette, mais l'homme disparut. Je courus vers ma douce, qui se laissa glisser de la table. J'attrapai Amandyne, avant qu'elle heurte le sol. Son regard pâle croisa le mien, avant qu'elle n'éclate en sanglots dans mes bras. Je serrai Amandyne contre moi. Je repoussai doucement ma douce, dézippai ma veste et la lui mis sur les épaules. Je pris Amandyne dans mes bras et me dirigeai vers sa chambre, je la déposai avec douceur sur son lit et pris ma baguette, que je pointai sur elle.




Vulnera Sanentur, chantonnais-je doucement, en passant ma baguette par dessus son corps meurtris.


Une fois le traitement, terminé, je me couchai près de ma Amandyne et la serrai contre mon torse. Je pointai ma baguette vers la porte, la fermant magiquement et lançai tous les sortilèges de protection, que je connaissais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amandyne Fairley
Bibliothécaire | Loup-Garou
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 05/06/2014

MessageSujet: Re: La Guerre   Jeu 06 Aoû 2015, 15:45

Je restai longuement blottie dans les bras de mon amant, pleurant toutes les larmes de mon corps. Il n'y avait rien à dire ni à faire pour me rassurer. J'étais maintenant maudite, et ce pour la vie. J'allais inévitablement faire du mal à de pauvres innocents, et le pire dans tout ça, c'était que je ne m'en rendrais pas compte. J'avais lu énormément de bouquins sur ces créatures de la pleine lune. Tout ça était une véritable malédiction. En vrai homme, Noah posa sa veste sur mes épaules, avant de me transporter vers ma chambre. Il guérit rapidement mes blessures, avant de se coucher à mes côtés, me gardant contre son torse si rassurant. Malgré tout, j'étais désormais une abomination de la nature. 


Étrangement, je réussis à trouver le sommeil assez rapidement, tandis que ma température corporelle grimpait à une vitesse fulgurante. La métamorphose en loup-garou avait déjà commencée. Dès la prochaine pleine lune, je me transformerai. 

HJ/ Court, mais c'est comme juste mon post de fin pour la guerre. Je suis désormais un loup-garou !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid B. Core

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 09/11/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours:
Deuxième Cours:
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Mer 26 Aoû 2015, 11:52

Je continuais de reprendre mon air à grandes bouffées, tandis que mon ex directrice tentait de réparer son nez. Elle possédait une puissante magie, mais sous l'influence du stress, elle était incapable de se guérir. Après tout, elle n'était pas une guérisseuse. En fait, elle avait l'air plutôt stupide. Du moins, de mon avis. Le sang coulait sur son visage, et son nez crochu arrachait à son air de fillette toute la prestance qu'elle pouvait bien avoir. Ah tenez... sa dignité rampait au sol, juste à côté d'elle. Mignon, vraiment. 


- Je t'en prie Victoria, cesse cette attaque inutile, me pria Judy de sa voix énervante. 


Je ne pus m'empêcher d'éclater d'un rire sonore et vivace. Cette attaque n'était nullement inutile. Je voulais le putain de nouvel élu. Ce n'était pas vrai que j'allais terminer de la même façon que Tom Jédusor. J'étais beaucoup plus brillante, et beaucoup plus prévenante que lui. Je n'allais pas me laisser avoir aussi facilement. Je gloussai de nouveau tandis que ses yeux se remplissaient de nouveau de larmes. Mais quelle gamine... En fait, ce fut encore plus drôle lorsqu'elle leva sa baguette vers moi. Nan mais quelle croit vraiment que j'ai peur ? Je haussai un sourcil, incrédule. Stupide. Elle était vraiment stupide. 


- Livre-moi England, le lion, et je cesse tout, réclamais-je alors. C'est le seul marché que je t'offre, sinon, c'est ton coeur que je vais manger ce soir au souper.


La sentant sous le choc, je m'empressai de la désarmer, puis de lancer mon poignard sur elle, le propulsant à l'aide de magie. Elle poussa un terrible hurlement, qui m'excita au plus haut point. J'adorais la voir souffrir, ça c'était sûr et certain. Mais j'allais encore plus adorer la voir mourir. 


Aussitôt que son corps toucha le sol, je me précipitai à califourchon sur elle. Je retirai lentement le poignet de ses côtes, la faisant de nouveau gémir. Lentement, je léchai le sang encore tout frais sur l'arme. Excellent. Heureuse. J'étais heureuse. La seule chose qui manquait, c'était ma Naomi à mes côtés. J'adorais faire l'amour sur les cadavres. Et j'aurais adoré le faire sur le sien. Mais bon, on ne pouvait pas tout avoir dans la vie, chose qui était plutôt triste. 


- Adieu, Judy, lui lançais-je abruptement sur un ton ferme. 


Je soulevai mon arme, avant de la diriger brusquement vers la gorge de mon opposante. Si elle se croyait courageuse en me fixant dans les yeux, elle se mettait le doigt dans l'oeil. Aussitôt que mon poignard ne fut qu'à quelques millimètres de sa chair tendre, tout mon corps se figea. J'étais même incapable de parler, ni de respirer. Si j'avais pu écarquiller les yeux, je l'aurais fait. Mais ça m'était totalement impossible. 


Après quelques secondes, je fus envoyée contre l'un des murs, collée, de surcroît, mais au moins libérée. 


- Qui est là? hurlais-je, tandis que Judy regardait autour d'elle avec étonnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Marsters
Enseignant de défense contre les forces du mal | Directeur de Serpentard | Chef des Mangemorts
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 26/10/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Mer 02 Sep 2015, 12:44

Leur conversation était pathétique. Judy tentait de résonner le monstre qu'était Victoria. Je ne faisait qu'épier leur sentiments, surveillant la moindre trace de peur chez Judy et d'agressivité chez Victoria. Leur conversation ne m'intéressait pas. Je voulais seulement sauter à la gorge de Victoria et l'éliminer. 


Subitement une grande vague d'agressivité me transperça et je m'élançait silencieusement en haut de l'escalier. 


La seule vision que j'eu fit encore plus baisser ma chef dans mon estime. En effet, retirant son arme de la chair de ma directrice elle se mit à en lécher le sang. Elle le souleva alors ensuite en l'air avant de se préparer à le rabattre sur Judy, sans défense. 


Je lançai un rapide stupéfix qui la cloua sur place incapable de trancher la gorge de ma supérieur. Je la sentais paniqué à l'idée de ne plus pouvoir faire un geste. 


D'un rapide coup de baguette je la fis virevolté, tout en levant mon précédant sort jusqu'au mur sur lequel elle s'écrasa violemment.

Qui est là, hurla-t-elle.


Judy, quant à elle se contentait de regarder dans toute les directions, du moins jusqu'à ce qu'elle m'aperçoive. 


L'air sérieux, ma baguette pointé sur ce qui deviendrais bientôt ma défunte chef, je devais avoir l'air d'un dictateur. Je comprenais la peur que j'éveillais au sein de mes étudiants. Je comprenais la crainte de mes collègues lorsqu'il me croisait, après tout j'étais assez imposant en général. Je posai un dernier regard sur ma soeur des ténèbres, lourd et sévère.

La faucheuse. Avada Kedavra, dis je le plus sérieusement possible.


Un long éclair vert jaillit alors de ma baguette, frappant violemment Victoria en pleine poitrine. Alors que je regardais la vie quitter son être, parcelle par parcelle, jouissant d'une satisfaction personnelle si intense que je m'en mis à bander. 


Son corps s'écroula sans vie au sol alors que j'envoyais un messages télépathique à tout mes disciples. 

J'ordonne le retrait des troupes immédiatement, leur ordonnais-je comme Tom me l'avais appris des années plus tôt.


Je me retournai alors vers ma directrice, pointant ma baguette sur elle.

Vulnéra Sanentur, lançais-je pour guérir sa plaie.


HJ LES MANGEMORTS SE RETIRENT TOUS SANS EXCEPTION

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Butcher
Enseignant de Sortilèges
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 26/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: La Guerre   Ven 09 Oct 2015, 16:02

Je saisis ma tête entre mes mains, ne sachant pas du tout quoi lui répondre, ou quoi tout simplement lui dire. Après tout, cette situation me semblait totalement impossible. Comment avais-je pu lui enseigner sans même me rendre compte qu'elle m'accordait de l'attention? Il était impossible qu'elle n'aie pas jeté un oeil sur moi si j'étais son arrière-je-ne-sais-trop-combien-de-fois-petit-fils. Après tout, c'était la logique des choses. M'enfin... Je relevai doucement la tête, afin de voir son expression, mais je voyais bien qu'elle n'était pas plus à l'aise que moi. Je crus même la voir avaler de travers, ce qui eut pour effet d'accélérer ma respiration. On dirait qu'elle avait une mauvaise nouvelle à m'annoncer. 


Je suis née en 1670, commenca-t-elle soudainement, prenant son courage à deux mains. Je me suis mariée en 1684, avec Charles Northman, un jeune Gryffondor de deux ans mon aîné, bref nous eûmes deux enfants, Mathis et Maxence. J’ai été transformée quelques mois après la naissance de Maxence que je ne pus voir grandir. Ils eurent chacun à leur tour diverses enfants et fondèrent leur famille qui se poursuivit sur des générations et générations jusqu’à toi Eliott. Tu descends de Mathis... mon petit garçon adoré... 


J'écarquillai les yeux, visiblement mal-à-l'aise. Bien sûr que je connaissais Mathis, mon ancêtre. Son visage et son nom apparaissait sur l'arbre généalogique dans la maison. Je n'y avais jamais vraiment prêté attention seulement, c'était celui dont le visage était le plus gros. En fait, c'était le plus loin que remontait mon arbre. Je commençais vaguement à comprendre le pourquoi des choses. 


Mon attention toujours posée sur Dawn, je pus voir ses yeux se remplir d'eau. Je ne savais pas quoi lui dire pour la rassurer, puisque je ne savais pas ce qui la mettait dans tous ses états. Pourtant, ce moment devrait être entièrement heureux pour elle. C'était du moins ce que j'osais croire.


Je... haleta-t-elle difficilement. Je suis revenue ici... simplement parce que j’ai sentis que tu courais un grave danger... et... et...


Je haussai un sourcil, tandis que mon ancêtre étouffait un sanglot. Moi, courir un grave danger ? À part la menace de mes parents, je ne voyais pas vraiment ce qui pouvait m'arriver. Était-elle au courant de ce qu'ils m'avaient fait subir? Je poussai un long soupir, avant de cacher de nouveau mon visage entre mes mains.


- Si tu étais apparue lorsque j'étais plus jeune, tu aurais pu m'éviter bien des ennuis, sifflais-je entre mes dents.


Bien sûr, je faisais référence à l'épisode avec le Majordome de la famille. Sans aucun doute elle s'en fichait complètement. J'avais déjà lu quelque part que les gens venus de d'autres époques voyaient les choses différemment. Probablement que Dawn se fichait de mes émotions. Elle voulait seulement voir sa lignée continuer.


- Je... Je sais pas si je dois te croire, marmonnais-je avec difficulté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard - Next Gen :: Poudlard :: Extérieur-
Sauter vers: