Poudlard - Next Gen

Qu'est devenu Poudlard après le départ d'Harry?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une sortie de fefilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Une sortie de fefilles   Mer 02 Mar 2016, 14:47

Je détestais les lundi matins. Encore plus les lundi matins hivernaux. Il faisait froid, le feu ne réchauffait jamais assez la pièce, et mes compagnes de dortoir me tapaient littéralement sur les nerfs. Je n'avais jamais compris pourquoi est-ce que j'étais à Poufsouffle avec tous ces blaireaux stupides, mais je n'y pouvais rien. C'était le Choixpeau qui en avait décidé ainsi, et sa décision était irréversible. Ou alors, j'étais aussi stupide que tous les autres lorsque j'avais onze ans. Je ne voyais pas quel autre truc ça pourrait être. Tous mes amis étaient dans d'autres maisons, je les considérais grandement chanceux. Je poussai un puissant soupir, cherchant la motivation à sortir de mon lit. Toutes les autres filles étaient parties... Habituellement, elles étaient encore plus paresseuses que je pouvais l'être dans ma vie entière. Quelque chose se tramait... Je le sentais. Ma main se faufila lentement jusqu'à ma table de chevet, afin d'y chercher ma baguette. À la place, je me saisis d'un petit morceau de parchemin. Je grognai avant de me redresser, afin de le lire. Le message y étant écrit me poussa brusquement hors de mon lit, et je commençai à fouiller dans ma valise. J'en sortis une magnifique robe rouge, ceinturée à la taille, arrivant à la mi-cuisse. J'enfilai mes souliers à talons assortis, avant de me précipiter devant le miroir. Pour les vêtements, ça allait. C'était le reste qui faisait peur. Rapidement, j'apposai une légère couche de fond de teint sur mon visage, avant de poursuivre avec le eye-liner et le mascara. Je remontai ma longue chevelure blonde en une haute queue de cheval parfaitement frisée. Il ne me restait plus que le rouge à lèvres, et j'étais prête. 


Prête à aller à Pré-au-Lard.


Naze, je le sais. J'avais complètement oublié la sortie en ce lundi. Et maintenant, Maybel était probablement en train de m'attendre au pub. J'enfilai donc rapidement mon manteau et ma baguette avant de m'enfuir vers le chemin menant au Pré-au-Lard.


Rendue à destination, je me rendis aussitôt aux Trois Balais afin d'y rencontrer mon amie. Je ne savais pas comment elle réagirait face à mon retard, mais je savais cependant qu'elle s'était probablement amusée en regardant les hommes. En effet, il y en avait des pas trop pires qui passaient dans le coin. Et je ne parlais pas de ces cons de Poudlard. Je parlais d'hommes, de vrais. De beaux hommes, matures, parfaits. Ils étaient excessivement plaisants à séduire afin de se faire payer des verres, pour ensuite partir et ne plus jamais revenir. La majorité des filles de Poudlard n'acceptaient pas vraiment mes manières, c'est pourquoi je me fichais complètement d'elles. J'avais mes propres amies, qui agissaient entièrement comme moi. 


Une fois entrée dans l'établissement, je vis que Maybel était accoudée au comptoir du bar. Je laissai donc mon manteau à l'entrée, avant d'aller à sa rencontre. Plusieurs garçons l'entouraient, mais il était impossible de savoir si elle était en train de les séduire, ou non. Je me faufilai au travers les mâles, afin d'aller m'accouder aux côtés de mon amie.


- Pardonne-moi ! dis-je alors en guise de salutation.


Je fis ensuite signe du doigt à la barmaid afin qu'elle nous apporte deux bières-au-beurre. Je pouvais bien lui en payer une en échange de ce léger retard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Mer 02 Mar 2016, 20:47

Aujourd'hui allait être une belle journée. Journée libre pour les 7ème année avec permission de sortie. Je suis donc debout de bonne heure...Un corps comme le miens sa se prépare. Une lotion a l'odeur des îles tropicale, un mélange d'odeur de sel de mer et de coconut. Les hommes, oui je dis bien les hommes! Pas les garçons de Poudlard...oh il y en a surement qui sont intéressant.MAIS. Oui il y a un mais, j'aime quand les hommes ont de la drive. Quand ils savent ce qu'ils veulent car moi je le sais! 
Prendre le temps de bien coiffé mes cheveux. Mes cheveux châtains au mille et un reflet, parfois blond, parfois cuivré. Toute au naturel. Avec mon teint basané, entretenue grâce à des crèmes moldues. Et vint le maquillage. Je pourrais m'observer des heures dans le miroir à m'admirer et faire quelque retouche ici par la. Toujours impeccable aux allures naturels. Mais suffisament de gloss pour faire ressortir le tout. 


Deux heures.


Deux heures pour ressembler à quelque chose que je considère O.K. Mes vêtements pour sortir sont toujours choisi avec soin. J'adore la mode moldue. Je choisis une tunique/chemise verte armée, des pantalons skinny noir en cuir, et des botillons noir au talon aiguille. Quoique à la grandeur que j'ai je n'aurais pas besoin. Mais sa remonte les fesses. Et ça on aime ça. J'y ajoute des accessoires ors, bracelets et multiple et collier. 


Dernier coup d'oeil au miroir avant mon départ. Je suis parfaite, il me reste à enfiler mon manteau en laine pressé. Je dévale les couloirs de Poudlard au son retentissant de mes talons sur le plancher. 


Une fois au Trois-Balais je me dirige vers le bar. Et j'attend...j'attend mon amie. Amie de longue date, ma première amie que je me suis faite à Poudlard. Une de mes rares véritables amies. Cela à tout de suite coller entre nous. Je n'ai jamais vraiment compris ce qu'elle faisait à Poufsouffle. Bref les voies du Choixpeau sont impénétrables. 
Plus j'attends, plus qu'il y a d'homme qui commence à m'entourer. Ils ne me parlent pas, mais je reçois des breuvages gratuits. Mais que fait-elle putain? Faignace... je déteste les retards.


Voilà qu'elle se pointe...

''Tu es en retard Pétasse...''

Je fais la moue. Et puis j'appelle tout le monde pétasse. C'est un mot affectueux pour moi. Bon oh moins elle me paie un verre pour se rattraper. Bonne fille. 



''Alors qui te gardait au lit?''


Il ne pouvait qu'avoir qu'une bonne raison d'être en retard non?
Revenir en haut Aller en bas
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Sam 05 Mar 2016, 00:58

Ce n'était vraiment pas dans mes habitudes être en retard. Mais bon. Qui pense à Pré-au-Lard un lundi matin banal et avouons-le, quelque peu chiant. Bah quoi? Habituellement, mes semaines commençaient avec un cours d'astronomie. Vous savez, avec le prof que je ne pourrai jamais me faire parce que... m'enfin. J'étais probablement pas son genre de femme. Bouah... Je m'étais dit la même chose de tous les professeurs, ET FOUILLEZ-MOI POURQUOI, j'avais tout de même couché avec Allana Bishop. Bon, couché était probablement un très grand et très long mot, mais il s'était passé disons quelques trucs. Un secret. C'était évidemment un secret. Comment pourrais-je aller avouer pareille chose à Maybel, ou ou... à Maybel? Bah quoi... J'avais pas vraiment d'ami à part elle. Bah si. Mais c'était pas du tout la même relation. J'veux dire, j'avais mon équipe de Quidditch, mais ils étaient tous soit trop jeunes, soit littéralement dérangeants. La pire d'entre tous était sans doute Brooklyn Pierce. Cette petite peste de troisième année qui se prenait pour la reine du monde parce que sa meilleure amie était la petite soeur du gars vedette de l'école. Et là, je ne parlais pas du tout de mes goûts personnels, mais bien de la tendance. Eh ouais. Les filles bavaient devant Liam England. Malgré que... Ça avait légèrement diminué depuis que tout le monde avait entendu Liam et Jared disons.. forniquer ensemble. Ça, c'était hilarant. Anita mériterait une standing ovation pour le tout.


- Tu es en retard Pétasse... laissa-t-elle tomber.


Ouais. Son simple ton de voix me convainc. Elle n'était pas du tout fâchée. Elle était simplement lasse. Et je la comprenais. Tous ces yeux rivés sur nous, et pas un seul mec pour nous approcher réellement. Merde. Ils manquaient littéralement tous de... goths. Si on peut dire ça comme ça. Je comprenais entièrement son ennui. C'était pourquoi nous allions devoir remédier à la situation. 


- Alors qui te gardait au lit ? demanda Maybel platement.


- Ma main droite, répondis-je sur le même ton.


Je calai aussitôt ma bière. Il me fallait un peu plus d'alcool dans le sang pour cette journée et cette soirée qui pourraient s'avérer... fort intéressantes. Aussitôt que j'eus fini, je la déposai avec fracas contre le comptoir, incitant aussitôt le barmaid à venir m'en servir une autre. Je décrochai un regard amusé à ma copine, qui ne devait pas être très habituée de me voir boire de la sorte. En effet, je savourai mes verres, mais là. J'avais envie d'oublier ce qui s'était passé avec cette prof. C'était une erreur plus que fatale dans ma vie.


- Bah quoi? J'ai soif, lui lançais-je moqueusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marek Hale
Étudiant de 7e année
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/03/2016

Feuille de personnage
Choix de Cours:
Deuxième Cours:
Baguette Magique: Sapin • Oeil de Cyclope • 19cm

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Lun 28 Mar 2016, 13:50

Ma vie était lente et je m'emmerdais royalement dans la salle d'étude. D'un geste brusque, je refermai mon manuel de métamorphose, j'avais besoins de souffler un peu. Un petit gloussement se fit entendre dans mon dos, je me retournai pour voir la petite Brooklyn Pierce, les joues toutes rouges. Je lui fis un petit sourire, avant de prendre mes trucs et de me diriger vers ma salle commune. Je croisai un groupe de filles de Gryffondor dans le corridor des cuisines, elles me regardaient toutes du même oeil. Vous savez ce regard de "je veux me faire un fils de ministre"?





En sortant de la douche, j'enroulai une serviette autour de mes hanches et me dirigeai vers mon lit. Je me débarrassai de mon drap de bain et pris le boxer propre sur mon lit et le mis. Je mis mon pantalon noir skinny et une chemise marine. Je terminai mon ensemble avec une paire de bottes de combat, mon écharpe bleu foncée et mon manteau de laine bouillie. J’agrippai ma baguette et mon porte-feuille. Je descendis dans la salle commune, que je traversai lentement et sortis dans le corridor. Je me dirigeai lentement vers les grandes Portes de l'école et marchai vers Pré-au-Lard.





Après une longue marche, je fus en face du pub les Trois Balais. J'entrai et remarquai Maybel et Abigail, au bar, entourées d'une meute de mecs en chaleur. Je me dirigeai vers le coin, le moins populeux du bar et m'y accotai. Je vis du coin de l'oeil, Abigail Turner, caler sa bière et la déposer avec fracas sur le bar. 



- Bah quoi? j'ai soif, lança-t-elle à son amie. 



Le barman se dirigea vers moi, un petit sourire aux lèvres. 



- Un Whisky-Pur-Feu et une bièrraubeurre pour la blonde là-bas, dis-je en pointant la poufsouffle du doigt. 



Le barman fit apparaître mon whisky devant moi et se dirigea vers Abi et déposa la bouteille devant elle. 



- De la part du mec là-bas, dit-il en me pointant. 



J'eus un petit sourire, en levant mon verra, avant de le caler. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Jeu 31 Mar 2016, 14:33

Me saouler? Nan. C'était vraiment pas ce que j'étais en train de faire. Boah... En fait, si. J'étais littéralement en train de me saouler la gueule. Du moins, c'était mon intention. Car une femme avec les facultés affaiblies était une femme facile à obtenir, donc, beaucoup plus de parties de jambes en l'air. Et ça, c'était ma spécialité. Il fallait bien avouer que je m'étais quelque peu égarée dernièrement. Non seulement j'avais couché avec une femme, mais en plus elle était une enseignante de Poudlard. Il fallait que je me remette sur le droit chemin. Aujourd'hui, je ramenais une conquête. Si c'était possible, je ne voulais pas qu'il soit de l'école.


Maybel continuait de me fixer moqueusement. Mon verre était vide, il m'en fallait un nouveau. Son regard voulait absolument tout dire. Mon amie voulait que je boive. Alors soit ! Comme s'il avait lu mes pensées, le barmaid déposa une nouvelle chope de bière-au-beurre devant moi. Je lui jetai un regard amusé; tentait-il de me séduire?


- De la part du mec là-bas, me lança-t-il d'une voix bourrue.


Je haussai un sourcil, suivant la direction de son doigt. Je fus surprise de voir qu'il pointait Marek Hale, un gars de ma maison. Il me leva alors son verre, avant de le caler d'un seul trait. Bon. Il n'était pas vraiment le genre de gars que je souhaitais me ramener aujourd'hui, mais pourquoi pas m'amuser un peu?


- Je reviens, chuchotais-je gaiement à Maybel. Et t'inquiète pas, j't'en ramènerai un !


Je lui fis un petit clin d'oeil avant de me saisir de ma chope et de me diriger vers le fils du ministre américain. Ce n'était pas inconnu des étudiants sa situation. Malheureusement pour lui, c'était bien la seule et unique chose qui le rendait intéressant. Je m'accoudai donc au bar à ses côtés et me tournai vers lui, armée d'un sourire assuré. Je portai la chope à mes lèvres, afin d'en prendre une très grosse gorgée. 


- Tu me déçois, laissais-je alors tomber. Je m'attendais à quelque chose de plus eum... fort.


Je gloussai quelque peu, portant de nouveau ma chope à mes lèvres afin de la caler au complet. Je la déposai bruyamment sur le comptoir, attirant l'attention du barmaid et de plusieurs mecs sur moi. Je lui montrai deux doigts, avant de pointer le shooter vide de Marek. Rapidement, l'employé du pub déposa deux whisky-pur-feu devant nous. Je tournai un regard moqueur vers le Poufsouffle.


- C'est beaucoup mieux, non? dis-je avec arrogance. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marek Hale
Étudiant de 7e année
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/03/2016

Feuille de personnage
Choix de Cours:
Deuxième Cours:
Baguette Magique: Sapin • Oeil de Cyclope • 19cm

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Dim 10 Avr 2016, 10:12

Je continuais de regarder la jolie Abigail de loin, je la vis faire un petit clin d'oeil à Maybel; prit sa chope et se dirigea vers moi. Lorsqu'elle fut à mes côtés, Abigail s'accouda au comptoir et prit une grosse gorgée de bierraubeurre. Son sourire assuré me frappa. 



- Tu me déçois, dit-elle. Je m'attendais à quelque chose de plus eum... fort



La poufsouffle poussa un petit gloussement, avant de lever sa chope à ses lèvres et la cala. Elle déposa brusquement sur le comptoir, attirant les regards du barman et des clients, sur nous. Abi pointa deux doigts en l'air et pointa mon shooter vide. Rapidement, l'homme posa deux whisky-pur-feu devant nous. Elle se retourna vers moi, avec un regard moqueur. 



- C'est beaucoup mieux, non? lança-t-elle, avec arrogance. 



Je soutins son regard, avant de prendre mon shooter et le faire cogner doucement contre le sien, avant de le caler. J'eus un petit sourire moqueur, sachant qu'elle adorait avoir l'attention de tous et chacun. 



- Si tu le dis, dis-je. 



Je la regardai de haut en bas, examinant comment sa robe rouge caressait son corps. Je relevai le regard dans les yeux bleus d'Abigail. Sans regarder le barman, je lui fis signe de remplir mon verre. Je m'accoudai au comptoir, afin de faire face à la petite blaireau. Malgré ses talons hauts, je la dépassais d'une tête. 



- Qu'est-ce qui t'ammènes ici, un lundi? demandais-je. Y'a jamais personne d'intéressant, ici, le lundi... sauf aujourd'hui.... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Dim 10 Avr 2016, 19:11

J'aurais bien aimé pouvoir le regarder de haut. Car j'adorais regarder les gens de haut. Mais nan. C'était totalement impossible. Premièrement, il était beaucoup plus grand que moi. Deuxièmement, j'étais incapable de me penser supérieure lorsqu'il était là. J'sais pas. Y'était mignon. Il était plus que rare que je perdais mes moyens devant un mec. Marek incarnait fortement cette idée. Eh oui. Abigail Turner était capable de fondre et de gaffer stupidement devant la gente masculine. Leur nombre était assez minime. En fait, ils se comptaient sur une seule main. Blake Summer, Eliott Butcher etttttt.... Marek Hale. Et oui. Personne ne le savait, pas même Maybel. Et me contrôler était affreusement difficile dans une pareille situation. Et je ne parlais pas de mes pulsions sexuelles. Elles étaient élevées, oui, mais dans ces trois cas-là c'était différent. Il y avait plus que le côté charnel qui embarquait. ET NON. JE N'ÉTAIS PAS DU TOUT EN TRAIN DE DIRE QUE J'ÉTAIS AMOUREUSE DE CES TROIS MECS. Bien au contraire. C'était simplement qu'ils m'attiraient un peu plus que les autres. Non seulement ils avaient le physique, mais en plus ils avaient certains traits de personnalité qui me plaisaient bien. 


Il soutint mon regard sans sourciller, ce qui me surprit quelque peu. Habituellement, les hommes me trouvaient trop intimidante et ils détournaient leurs yeux des miens, par gêne ou par malaise. J'adorais créer ces ambiances. Mais pas Marek. Il continua de me fixer en prenant son shooter, alors que je faisais de même. Il les cogna ensemble, avant de le prendre rapidement. Je le suivis aussitôt. Il me serait beaucoup plus facile de me ramener Hale si j'étais pompette que si j'étais moi-même. Bon, ce n'était pas mon plan de départ, mais je n'avais pas prévu qu'il vienne ici. En fait, je n'avais tout simplement rien prévu à son sujet. 


- Si tu le dis, me répondit-il d'une voix cassante. 


Je haussai un sourcil, incrédule. Il osait vraiment me parler comme ça ? Décidément, il ne savait pas comment se comporter avec les femmes. En fait, même en tentant de reculer jusqu'au premier moment où je l'avais rencontré, il m'était totalement impossible de trouver une seule fille dans sa vie. Aucune petite copine ne me venait en tête. Était-il puceau? Cette simple idée me donna un fou rire, que je retins bien évidemment à l'intérieur de moi. S'il était puceau, il était clair et net dans mon esprit que ce n'était pas lui que j'allais ramener aujourd'hui. J'irais fureter ailleurs dans le bar. Bah quoi? C'était pas comme si c'était difficile pour une fille comme moi de se ramener n'importe qui. Je n'avais qu'à claquer des doigts. Bon. C'était pas toujours aussi simple que ça, mais les hommes étaient beaucoup plus faciles à avoir que les femmes. 


Je sentais son regard dardé sur moi, comme s'il cherchait à me dévorer à distance. Il m'alignait. Impossible de savoir s'il aimait ce qu'il voyait, ou s'il s'en fichait complètement. Ses yeux ne me l'indiquaient pas. Ce n'était pas bon signe... Ses iris verts rejoignirent alors les miens, qui commençaient à perdre légèrement de leur assurance. En espérant simplement qu'il ne s'en rende pas compte et tout irait bien. Je ne pus m'empêcher d'avaler de travers lorsqu'il s'accouda au comptoir, de façon à être tourné complètement vers moi. Je le fixais, la tête relevée. Il était beau, il était grand. Lentement, il me faisait perdre mes moyens. Ce n'était qu'une question de temps avant que je me ridiculise.


- Qu'est-ce qui t'emmène ici, un lundi? me demanda Marek platement. Y'a jamais personne d'intéressant, ici, le lundi... sauf aujourd'hui...


Ho merde. Il parlait de moi. C'était sûr et certain. Parlait-il de moi? Nan. Il parlait sans doute de Maybel, elle était tellement belle. Il ne faisait que se servir de moi afin de l'approcher après. C'était la logique. Mais mais... En même temps, il me regardait tellement intensément que j'aimerais pouvoir croire que je suis l'objet intéressant du moment. C'était totalement impossible. Les mecs comme lui n'aimaient pas les filles comme moi. Beaucoup trop superficielle, jamais le regard au bon endroit, l'air toujours un peu nunuche afin de cacher l'intelligence. Nerveuse, je regardais absolument partout. Le barmaid revint avec deux nouveaux shooters. Il me fixait. Il continuait de me fixer. Pourquoi me regardait-il de cette façon? Je mis ma main sur mon verre. Elle était tremblante, j'avais l'air totalement ridicule. Une autre raison pour s'intéresser à Maybel et non à moi. Elle n'avait jamais l'air de... ça... devant un gars. Je le calai d'un seul coup.


- Je... Eum... Merci pour ben... pour les verres, tentais-je de dire maladroitement. Je j'ai... j'ai une réunion. 


Une réunion ? Ben oui Abi. C'était sûr et certain qu'il allait te croire maintenant. Je me retournai vivement, mais j'eus le temps d'apercevoir son petit sourire moqueur. Je jetai un regard furtif vers mon amie, mais elle était déjà aux prises avec deux mecs qui m'étaient totalement inconnus. Je décidai donc de me diriger vers la sortie. Si elle me reprochait d'être partie sans elle, je lui dirais que j'avais réussi à me ramener quelqu'un. Mais il arriva l'inévitable. Alors que je faisais mon premier pas en direction de la porte, une main me retint fermement par le bras. Je stoppai net ma lancée, avalant ma salive de travers. Je pris mon courage à deux mains, afin de me retourner vers Marek. Je fus cependant surprise de retrouver le mec à ma droite quelques instants plus tôt. Il était grand, musclé, et très beau. Mais, il puait l'alcool et avait de la difficulté à tenir debout.


- Laisse-moi partir avec toi blondinette, dit-il alors en avançant vers moi. 


Je reculai au même rythme que lui, ne voulant pas qu'il me touche. Je pouvais voir Marek à l'arrière, sa main glissée dans sa poche arrière. Était-il prêt à se saisir de sa baguette afin de me défendre ? Aucune idée. Mais comme une belle idiote, j'avais laissé la mienne à Poudlard. Ma seule défense était le corps à corps. Ha-ha. Une vraie blague. Je ne savais pas du tout me battre, il allait m'écraser facilement, même s'il était complètement saoul. 


- J'ai de quoi t'impressionner qui te donnerait bien du plaisir, continua-t-il.


J'arrêtai soudainement de reculer. Ce n'était plus Marek à qui je faisais face. J'étais capable de reprendre le dessus sur moi et le dénigrer avec des paroles. C'était facile à faire. Ça, je savais. Je posai donc ma main droite sur ma hanche, m'armant d'un regard dédaigneux. Il sembla trouver ça drôle, ou même excitant, mais je n'en avais rien à foutre. Je pouvais voir que bien des gens avaient arrêté leurs conversations afin de regarder ce qui allait se passer. Je détestais dépendre des autres, mais au moins il ne pourrait pas me forcer à partir avec lui sans se prendre des millions de coups de poing et de sortilèges au visage.


- Dégage connard, pestais-je alors. La seule chose chez toi qui m'impressionne et qui me donne bien du plaisir, c'est de voir à quel point tu ne seras jamais capable de te ramener une femme de mon calibre. À ta place, je m'essayerais avec ton connard d'ami. 


- Tu ne te prends pas pour un philtre de mort-vivante toi, ricana-t-il. 


- No.


Il parut surpris de mon ton. Aucune réplique n'était permise. S'il osait, il aurait mon talon directement dans son entre-jambes. J'pense que que c'était la chose la plus agréable sur cette planète pour un homme. Je me tenais prête, mais il ne semblait pas du tout savoir quoi dire. Maybel me regardait au loin, je voyais qu'elle tenait sa baguette. J'étais incapable de regarder Marek. Je ne me comprenais même pas moi-même. C'était pas comme si c'était mon ex, ou que j'avais déjà couché avec lui et que ça avait occasionné un malaise. Loin de là. 


- Laisse-la Greg, est sûrement même pas bonne de toute manière, scanda l'ami du connard.


Il acquiesça d'un signe de tête, avant de se diriger vers le fond du bar. Bon, il était temps ! Mais il n'y avait plus rien entre Marek et moi. Je pouvais sentir qu'il me fixait et moi, j'évitais son regard. Il y avait un silence quelque peu malaisant dans l'endroit. Les gens me fixaient. Il était vrai que j'adorais avoir l'attention, mais pas de cette façon. Je me tournai de nouveau afin de quitter pour de bon, et de retourner à Poudlard.


- Abi attend !


Hale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marek Hale
Étudiant de 7e année
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/03/2016

Feuille de personnage
Choix de Cours:
Deuxième Cours:
Baguette Magique: Sapin • Oeil de Cyclope • 19cm

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Mer 13 Avr 2016, 20:14

Jamais, je n'aurais pensé m'intéresser à Abigail Turner. Elle semblait toujours si distante, sûre d'elle, un peu nunuche et un brin sperficielle. Mais ce soir, les masques tombaient, elle était tout le contraire de cela.


De côté, je vis le barman remplir nos shooters, la main tremblante d'Abi prit le sien et le porta à sa bouche. Elle cala le whisky d'une traite. Je voyais bien qu'elle ne se sentait pas dans son élément. Cela, normalement, m'aurait fait rire, mais cela me rendait aussi un peu mal à l'aise.


- Je ... Eum ... Merci pour ben ... pour les verres, dit-elle. Je ... J'ai ... J'ai une réunion.


Une quoi? Elle était à l'école, elle ne travaillait pas pour le Ministère de la Magie! J'eus un petit sourire moqueur, Abi le vit; en se retournant vers moi. Elle jeta un regard vers Maybel, qui était entourée de deux mecs. Abigail me laissa, alors, en plan et se dirigea vers la sortie. Comme elle entamait son premier pas vers la porte, un mec; bâti comme un frigo; la retint par le bras. Lorsqu'elle se retourna , je pus voir la surprise dans ses yeux, elle pensait que je l'aurais retenu de la sorte!? Je vis la poufsouffle reculer devant l'armoire à glace, qui lui avançait vers elle. En soupirant, je pris ma baguette dans ma poche de jean arrière.


- J'ai de quoi t'impressionner qui te donnerait du plaisir, dit le colosse.


Quel connard! Abi se planta, alors sur ses deux pieds, posa sa main droite sur sa hanche et reprit son air de fille superficielle. Plusieurs personnes dans le bar avaient cessé de converser et épiaient la scène.


- Dégage connard, lança fortement Abi. La seule chose chez toi qui m'impressionne et qui me donne du plaisir, c'est de voir à quel point tu ne seras jamais capable de te rammener une femme de mon calibre. À ta place, je m'essayerais avec ton connard d'ami.


- Tu te prends pas pour un philtre de mort-vivante toi, lança le molosse.


- No.


Son ton était cassant, sans possibilité de répliquer. Si le mec l'approchait, il goûterait à un stupéfix de ma part et le pied d'Abi dans son paquet. Du coin de l'oeil, je vis Maybel, avec sa baguette sortie. Je sais que je serais plus rapide qu'elle.


- Laisse-la Greg, est sûrement même pas bonne de toute mannière, lança l'ami du mec.


Greg hocha la tête, d'un coup sec et s'en alla vers le fond du bar.( Bye Greg) Mon regard se posa sur Abi, je vis qu'elle l'évitait. Elle se retourna et sortit du bar. En poussant un autre soupir, je rangeai ma baguette et posai quelques gallions sur le comptoir, avant de me lancer à la suite d'Abigail.


- Abi, lançais-je. Attends!


La jolie blonde se retourna vers moi, elle avait l'air secoué. Je franchis la distance, qui nous séparait et lui offris mon bras.


- J'vais te raccompagner, dis-je, d'un ton que je voulais doux.


Ouais, on repassera pour l'amicabilité...Je n,étais pas un mec d'un naturel dégourdi, je ne savais pas vraiment comment me faire aimer. Probablement à cause du fait, que j'étais un fils de Ministre, habitué qu'on essait de se servir de moi. Je ne faisais donc confiance à personne.


- Ça va être plus sûr, rajoutais-je, d'un ton rassurant.


Avec douceur, je pris son bras et le nouai avec le mien. Je l'entraînai sur le chemin de l'École. La lune se reflétait dans ses cheveux blonds, lui donnant une apparence magique. Mon regard s'attarda sur elle. Abigail était belle.


- Tu vaux mieux que des colosses sans têtes, dis-je.



Oh merde... Je m'arrêtai net. Venais-je vraiment de dire cela? Moi? Marek Hale, le mec qui se foutait absolument de tout...



- Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Dim 17 Avr 2016, 17:29

J'avais poussé la porte du bar à la volée, provoquant l'envolée de plusieurs pigeons au sol tout près. Je détestais être ridiculisée de la sorte. Particulièrement devant l'une de mes faiblesses. Cette faiblesse, c'était Marek. Il ne le savait pas, et c'était très bien comme ça. J'allais m'enfuir, et ne lui laisser aucune chance de le découvrir. Même ma meilleure amie ne le savait pas. C'était mon secret le plus intime, la seule façon de me faire mal. Amoureuse? Non. Je ne sais pas ce que c'est de toute façon. J'aime mieux copuler un peu partout, c'est plaisant et il n'y a jamais aucune douleur pour le coeur. Car c'est exactement ce que je redoute. Qu'on brise mon coeur et qu'il soit irréparable. Ça m'effrayait tout ça. Alors c'est pour ça que j'évitais Marek et quelques autres mecs. Car c'était les seuls qui pouvaient me détruire de la sorte. Mais à mon grand malheur, il m'avait suivie. Il voulait que je l'attende. Bien non. J'allais continuer. Continuer afin de ne pas me laisser prendre par son putain de charme qui me mettait dans tous mes états. Et son petit accent américain... 


Cependant, à ma plus grande surprise, je me stoppai net, afin de me retourner. Je ne savais pas ce qui m'avait pris. C'était comme si je ne me contrôlais plus. Il me rattrapa alors, afin de m'offrir son bras. Je baissai un regard incertain vers ce dernier, sachant très bien que je ne devais pas m'y accrocher.


- J'vais te raccompagner, tenta Hale d'un ton doux. Ça va être plus sûr.


J'avalai de travers, fixant ses yeux. Je ne savais pas quoi faire, ni quoi dire. Car j'étais totalement confuse. Je ne savais pas si je voulais qu'il m'accompagne jusqu'à Poudlard, pour ensuite le quitter et ne plus jamais lui parler. Ou alors je me retournais et m'enfuyais au pas de course. Mais non. Je ne bougeai pas. Je restai complètement figée dans l'incompréhension, ne me comprenant pas du tout. Habituellement j'aurais profité de sa gentillesse afin d'aller faire une petite balade bien plaisante dans son lit. Mais pas cette fois. Et ça me faisait royalement chier. Si seulement j'étais capable, ce ne serait qu'un simple one night et on n'en reparlerait plus. 


Comme pour en ajouter à mon désarroi, Marek se saisit de ma main avec délicatesse afin de faufiler mon bras au travers du sien. Je me laissai faire en baissant la tête de manière piteuse, alors que lentement il se dirigeait vers l'école. Je le suivais dans un silence qui m'était totalement inhabituel. 


- Tu vaux mieux que des colosses sans tête, laissa-t-il tomber alors.


Je haussai un sourcil, alors qu'il s'arrêtait d'un coup sec. Il ne devait pas savoir que j'étais à la chasse aux mecs en permanence, sinon il ne m'aurait jamais dit ça. Je ne valais absolument rien. Du moins, si on parlait du côté amoureux. Pour ce qui était de mes talents au lit... Ce n'était pas pour me vanter, mais je me débrouillais mieux que bien. 


- Désolé...


Nop. No time for apologies.


- Parce que tu crois être à la hauteur? lui dis-je sans aucun tact.


Je lâchai son bras et pris quelques pas de distance, ne comprenant pas ce qui m'avait pris de dire ça. Évidemment qu'il était à la hauteur ! Il était absolument tout ce que je voulais. Et pas seulement entre les jambes, on se comprend. Je poussai un léger soupir, avant de croiser mes bras contre ma poitrine et de continuer mon chemin vers Poudlard, à un pas beaucoup plus rapide. Fini les ballades en amoureux. 


Seulement, après à peine une minute de marche, une main se saisit fermement de mon poignet afin de me stopper. Je vis volte-face aussitôt.


- Qu'est-ce que tu me veux Marek? laissais-je tomber.


Je vis aussitôt que mon ton l'avait surpris. Mal-à-l'aise, je me défis doucement de son emprise, et baissai de nouveau mon regard au sol.


- Désolée, murmurais-je. J'suis pas moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marek Hale
Étudiant de 7e année
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/03/2016

Feuille de personnage
Choix de Cours:
Deuxième Cours:
Baguette Magique: Sapin • Oeil de Cyclope • 19cm

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Mer 27 Avr 2016, 10:09

Jamais, dans toute ma vie, je n'avais mâché mes mots. Peut-être aurais-je dû... Je vis bien, que mon commentaire n'avait pas été aimé. Malgré tout, Abi gardait un air fier. Mais je n'allais pas l'enrober de ouate et la protéger de la vie. 



- Parce que tu crois être à la hauteur? me lança-t-elle. 



Oui! Comparé à ces gorilles sans cervelles, j'étais la meilleure option ici. Oui, je ne vois pas comme une merde, je suis fier de qui je suis. Abigail lâcha mon bras, me sortant de ma rêverie, et s'éloigna de quelques pas de moi. Je l'entendis pousser un petit soupir et elle se remit à marcher mettant une bonne distance entre nous. Cette fois-ci, d'un pas plus rapide. Je la rattrapai en quelques pas, ma main se referma sur son petit poignet de la belle blonde. Abi se retourna. 



- Qu'est-ce que tu me veux Marek, dit-elle. 



Son ton dur me heurta, sa main se libéra de mon étreinte et Abi baissa les yeux au sol. Je crois que la réponse à sa question était facile, elle, je la voulais, elle. Je sentais mon coeur battre à en casser ma cage thoracique. 



- Désolée, murmura Abigail. J'suis pas moi-même



J'eus un petit sourire moqueur, avec mon index, je relevai son visage angélique vers le mien. Depuis mon arrivée à l'école, je n'avais eu que de yeux que pour Abigail Turner. Par contre, au lieu de la courtiser, j'ai pris la mauvaise décision de me faire toutes les filles faciles de Poudlard. 



- Si tu cessais de te voir au travers du regard des autres, tu verrais à quel point, tu vaux mieux que les autres, dis-je. Tu mérite ce qu'il y a de meilleur dans ce monde



- Abi, murmurais-je, doucement. 



Avec douceur, je glissai une mèche rebelle derrière son oreille. Mon visage était si proche du sien, que je pourrais l'embrasser avec facilité. Mes mains se posèrent sur sa taille, l'attirant à moi avec la même douceur. 



- Sois toi-même, chuchotais-je. 



Sur ces mots, je posai mes lèvres sur les siennes. Je pressai son petit corps contre le mien, sentant son coeur s'affoler. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Ven 06 Mai 2016, 18:28

Putain que j'aimerais être capable de lire dans les pensées. Marek était indéchiffrable. Du moins, pour moi. Mon béguin pour lui me rendait complètement stupide. J'en perdais non seulement mes moyens, mais également mes pouvoirs. Pas ceux de sorcière, nan. Ceux avec lesquels je réussissais à pendre n'importe quel mec. Comme la chance était encore avec moi, ça ne marchait jamais avec Hale. J'aurais du me défaire de cet entichement depuis bien longtemps. J'aurais réellement du. Je ne comprenais pas pourquoi je ne l'avais pas fait. Il était une porte de secours, une sécurité. Lorsqu'il y avait d'autres gens autour de nous, ma fierté prenait le dessus et je restais Abigail Turner. C'était lorsque j'étais seule avec lui que mes couches cachées faisaient surface. Ce que je ne voulais pas. Surtout pas devant lui merde. Alors pourquoi est-ce que je restais là? Je n'en avais aucune idée. Mon ton sec l'avait tellement surpris que j'aurais pu en profiter pour m'enfuir. Oui, nous étions dans la même maison, mais jamais il n'aurait pu me suivre dans le dortoir des filles. Je n'avais aucune réponse à ce pourquoi. Peut-être qu'au fond, je ne voulais pas le fuir. Peut-être qu'au fond, j'avais réellement besoin de Marek Hale pour être complète.


Je fermai momentanément les yeux tandis que je sentais son index se glisser sous mon menton. Je ne savais que faire. Devais-je me laisser faire, ou alors obéir à ma première idée? Incapable de me décider, je le laissai faire, le laissant remonter lentement ma tête. J'ouvris les yeux, afin de ne pas avoir l'air d'un oisillon stupide. Je fus surprise du regard doux et attendris de mon compagnon blaireau. Nan... Marek ne pouvait pas vouloir de moi. C'était impossible...


- Si tu cessais de te voir au travers du regard des autres, tu verrais à quel point, tu vaux mieux que les autres, commença-t-il alors d'une voix rauque. Tu mérites ce qu'il y a de meilleur en ce monde.


Était-ce une déclaration d'amour? Impossible de le savoir. Marek n'était jamais précis dans ses paroles, et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. Un silence s'installa entre nous. Pouvais-je qualifier cela de silence romantique? Je ne pourrais le dire. Je ne savais pas quoi répondre à ce qu'il venait de me dire. Après tout, ce n'était pas si clair que ça. Essayait-il de dire qu'il m'appréciait bien? Impossible de le savoir au fond. Ou bien alors était-ce moi qui était trop aveugle.


- Abi, me souffla Marek d'une voix délicate.


J'aurais voulu répondre, mais aucun son ne sortit de ma bouche entrouverte. J'étais entièrement à la merci de Hale. Ça me tapait sur les nerfs, je devais bien l'avouer. Je détestais que quelqu'un aie ainsi le contrôle de moi. Le savait-il? Savait-il que je flanchais chaque fois que son nom était prononcé? Probablement pas. Alors comment faisait-il pour avoir aussi confiance en ses paroles, en ses actions ? J'eus envie de m'enfuir lorsque ses doigts glissèrent une mèche de mes cheveux derrière mon oreille. J'étais complètement figée, incapable de bouger d'une quelque manière que ce soit. Je ne bougeai donc pas lorsque ses mains se posèrent contre ma taille afin de m'attirer à lui. Je retins mon souffle, effrayée de la suite des choses. Si je ne me défaisais pas de son emprise, je laissais la plus belle des portes d'entrée au blaireau. 


- Sois toi-même, me murmura-t-il si près de mes lèvres que je faillis en perdre l'équilibre.


Il était trop tard pour fuir. Ses lèvres se posèrent avec tendresse contre les miennes, tandis que je me retrouvais toute petite dans ses bras. Je fermai mes yeux sous l'impact, tandis que je sentais mon coeur s'agiter de plus en plus vite dans ma poitrine. J'espérais simplement que personne n'avait vu cette scène. Personne ne reconnaîtrait Abigail Turner sinon. Je me surpris à glisser mes mains derrière son cou et à prolonger le baiser de manière passionnée. Au fond, ce que je rêvais depuis mon arrivée à Poudlard venait de se réaliser. J'en étais encore effrayée, et j'allais probablement fuir à la première opportunité, mais bon. J'étais ce que j'étais, il n'y avait rien à faire. Je ne pouvais pas laisser toute ma vie entière pour Marek Hale. Ou si. Ou non. Ou si. Arrgghhhhh. Je ne savais plus où j'en étais. Ni qui j'étais. 


Je mis soudainement fin au baiser, cachant mon visage au creux de son cou. Je ne savais pas ce que je voulais. Le baiser et ne plus jamais en reparler? Ou alors tenter de m'investir dans une relation, ce que j'avais fui toute ma vie.


- Pourquoi t'as fait ça? demandais-je alors d'une voix brisée. 


Je pris une grande inspiration avant de me décoller de son torse. Il n'y avait rien à comprendre de son comportement, ni du mien. Ce qui venait de se passer n'aurait jamais du se produire, c'était tout. Avec chance, il était entièrement d'accord avec moi, et nous n'aurions plus jamais à en parler.


- Qu'est-ce que tu veux de moi exactement? ajoutais-je soudainement d'un ton beaucoup plus assuré. Me baiser? Si c'est le cas, fais la file. Si... Si... Si c'est... c'est pas ç... ça, ben je je... Je sais pas quoi te dire.


Un silence s'installa de nouveau entre nous. Je n'arrivais pas à déchiffrer les émotions de Marek sur son visage. Il semblait serein. Pourtant, je venais de le rejeter. Du moins, je croyais l'avoir rejeté. Je n'étais pas la meilleure en la matière. Et bien, pas quand ça concernait Marek Hale. Mon regard se perdit dans le sien quelques instants, puis, sans que je comprenne ce que je faisais, je me jetai à nouveau dans ses bras, m'y faisant beaucoup plus petite que la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marek Hale
Étudiant de 7e année
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/03/2016

Feuille de personnage
Choix de Cours:
Deuxième Cours:
Baguette Magique: Sapin • Oeil de Cyclope • 19cm

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Sam 07 Mai 2016, 11:08

Au fond, j'avais tout à perdre. Je ne m'étais jamais ouvert à quelqu'un et voilà que je me mettais presque à nu pour une fille. Elle allait me repousser, se faire un air hautain et rire de moi; dans 5, 4, 3, 2, 1... Les mains d'Abi allèrent se glisser derrière ma nuque et ses lèvres pressaient les miennes avec passion. Lorsque ses lèvres laissèrent les miennes, elle alla cacher son beau visage dans mon cou, son souffle chaud chatouillant la peau sensible de mon cou. 



- Pourquoi t'as fait ça? demanda Abi, d'une petite voix brisée. 



PARCE QUE JE T'AIME! Ça y'est, je l'ai dit?! Non ... Je ne l'avais seulement pensé. Contre moi, Abigail prit une grande inspiration, avant de se décoller. Je dus me retenir de ne pas la reprendre contre moi. Depuis la première année, il n'y avait qu'elle. Depuis la première année, je n'avais pas eu ma place dans son coeur. J'avais donc enfilé les petites copines, en espérant attirer son attention. 



- Qu'est-ce que tu veux de moi exactement? rajouta-t-elle. Son ton avait changé, il exigeait une réponse. Me baiser? Si c'est le cas, fais la file. Si... Si... Si c'est... c'est pas ç... ça ben je je... Je sais pas quoi te dire



Un lourd silence s'installa entre nous. Je restais muet. Son regard se noya de nouveau dans le mien, elle ne semblait plus savoir ce qu'elle voulait. Moi, c'était simple, je ne voulais qu'elle. Abi se jeta dans mes bras, se faisant toute petite contre moi. Je refermai mes bras autour d'elle, la serrant contre moi. Je relevai son visage vers le mien, à l'aide de deux doigts, et posai mes lèvres contre les siennes. 



- Toi, dis-je, d'une voix dure. Je te veux toi. Je veux passer mon temps avec toi, je veux t'aimer; comme tu mérite vraiment d'être aimée, je veux que tu sois avec moi et que l'on soit nous



Je plantai mon regard marine dans ses yeux ronds. Mes lèvres reprirent les siennes, alors que je la soulevais et croisais ses jambes autour de ma taille. L'une de mes mains se posa sous ses fesses, afin de la retenir et l'autre reposait sur sa nuque. Mes lèvres appliquaient une pression parfaite pour un baiser fiévreux et ardent. 



- Ça toujours été toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Mer 18 Mai 2016, 12:18

J'y étais bien. Si bien que je ne voulais plus jamais les quitter. Ses bras. Ils étaient à la fois réconfortants et effrayants. Ils étaient à la fois ma maison et ma prison. J'en avais peur, mais je voulais y rester. Je ne me comprenais même plus moi-même. C'était comme si ma tête n'était plus la mienne. Comme si ce n'était plus elle qui me dirigeait. Mais je me laissais manipuler. Car au fond, qu'est-ce qui pouvait m'arriver de pire? Absolument rien. Rien n'était pire qu'aimer. Car aimer ne faisait que mener au plus profond des puits, dans lequel il était impossible de remonter. J'allais m'y perdre, et ne plus jamais pouvoir revenir. Étais-je prête ? La réponse était bien évidemment non. Je devais m'en débarrasser, m'en aller, rire de lui. Mais j'en étais incapable. Les obstacles me faisaient peur, mais c'était comme si j'étais prête à tout. J'étais allée dans ce bar afin de me trouver un mec à baiser. C'était ce qui allait arriver. Sauf que cette fois, j'avais la nette impression que ce ne serait pas que pour un soir. Je n'arrivais même pas à comprendre si je devais m'en réjouir, ou non. C'était demain matin que j'allais comprendre, c'était demain matin que j'allais être en état de prendre une décision. 


Alors que je commençais à me sentir aussi petite qu'un bébé dans les bras de Marek, il se saisit tendrement de mon menton afin de remonter mon visage vers le sien. Je pouvais voir tout le désir dans ses yeux, et il n'était pas seulement sexuel. C'était pourquoi depuis la première année j'évitais son regard. Je ne voulais pas voir ça. Je ne voulais pas comprendre ce que ça signifiait. Ses lèvres rencontrèrent soudainement les miennes, et je ne pus m'empêcher de me laisser complètement enivrer par le baiser. Plus. J'en voulais plus. Lui. Au complet. Pour toujours. Mais, pourquoi?


- Toi, répondit-il subitement à ma question, mettant de ce fait fin au baiser. Je te veux toi. Je veux passer mon temps avec toi, je veux t'aimer, comme tu mérites vraiment d'être aimée. Je veux que tu sois avec moi, et que l'on soit nous.


Surprise de sa réponse, je me contentais de le fixer, le regard béant. Était-il sérieux? Les mecs avaient tellement tendance à être cons avec moi que je ne savais même pas si je devais le croire. J'en avais envie, bien évidemment, mais je ne pouvais tout simplement pas. Il m'en fallait plus. Plus. Je ne savais pas quoi, mais il allait devoir se prouver. Prouver qu'il voulait plus que me baiser, même si c'était quelque chose de plutôt plaisant. Je ne comptais plus le nombre de garçons qui était passé dans mon lit, mais je m'en fichais. J'avais toujours su que pour Marek Hale, j'allais être capable de réduire ce nombre à un seul, pour toujours. Mais lui, était-il capable ? C'était maintenant ça le problème. 


Je devais partir. Mais je n'en eus pas le temps. Les lèvres de Marek se saisirent à nouveau des miennes, de manière passionnée et directe. Il savait ce qu'il voulait. Lentement, ses mains descendirent sous mes fesses, afin de me soulever. Je suivis le mouvement et encerclai mes jambes autour de sa taille. Le fait que je sois en robe rendait la scène quelque peu coquine. En effet, mon entre-jambes se frottait légèrement contre son bas-ventre. Évidemment, j'avais des sous-vêtements, ce qui empêchait le tout de devenir TROP déplacé. 


- Ça toujours été toi.


Stupide, je hochai doucement la tête de haut en bas, avant de reprendre ses lèvres. Il m'en avait donné un peu, maintenant j'en voulais plus. Plus. Toujours plus. Je le voulais lui, en entier, que pour moi. Et j'allais l'avoir. Ma gêne prenait quelque peu le dessus, m'empêchant de bien contrôler le moindre de mes faits et gestes. Merde. j'allais avoir l'air totalement stupide. Je mis alors fin au baiser, afin de le regarder dans les yeux. Son manteau n'était pas boutonné, alors je me contentai de dérouler son écharpe. Je la mis ensuite autour de mon propre cou, avant de m'attaquer à sa chemise marine. Lentement, et le provoquant du regard, je commençai à détacher chacun des boutons, jusqu'à ce que ma propre main frôle mon entre-jambes. Elle remonta alors contre son torse parfait, quelque peu bronzé. 


- Emmène-moi dans la forêt, soufflais-je d'un ton à peine audible. 


Je m'emparai de nouveau de ses lèvres avec ardeur, commençant à agiter légèrement le bassin. Je n'avais rien à répondre à ses propos. Du moins, pas verbalement. Comme ça, je ne m'engageais dans rien. Je n'aurais rien dit qui révélerait mes sentiments. 


- Aimes-moi, grognais-je bien malgré moi.


Oups. Finalement, je l'avais fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marek Hale
Étudiant de 7e année
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/03/2016

Feuille de personnage
Choix de Cours:
Deuxième Cours:
Baguette Magique: Sapin • Oeil de Cyclope • 19cm

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Mer 25 Mai 2016, 20:21

Abi ne fit que hocher la tête, avant de reposer ses lèvres sur les miennes. Lorsqu'elle mit fin au baiser, pour me regarder dans les yeux. Doucement, ma petite poufsouffle déroula mon écharpe, pour se la mettre autour du cou. Elle commença à déboutonner ma chemise, un regard sulfureux plongé dans mes prunelles sombres. Je vis que sa petite main alla effleurer sa féminité, avant de remonter sur mon torse nu.


- Emmène-moi dans la forêt, ordonna-t-elle, tout bas.


Sans me laisser le temps de répondre, Abigail reprit mes lèvres, en agitant son bassin contre moi. Mon coeur commença à se débattre dans ma poitrine, une profonde envie de la prendre ici-même monta en moi. Je ne devais pas céder, ce n'était pas comme cela, qu'elle devait comprendre que je l'aimais.


- Aimes-moi, râla Abi.


C'était déjà fait. Je l'aimais déjà, je ne voulais pas simplement la baiser et en finir. Je pressai mes lèvres sur le front d'Abigail. Je plongeai un regard doux, mais torturé, dans les yeux bleus de la belle blonde.


- Abi, grognais-je, tentant de retenir mon désir. Ce n'est pas comme cela, que je veux que l'on commence. Je veux que ce soit différent de ce que tu as connu.


Je pressai mes lèvres contre les siennes, avec tendresse. Je l'aimais, je voulais lui prouver, que pour moi; elle était plus qu'un corps avec un vagin. Je la déposai au sol, retirant mon manteau, pour le poser sur ses épaules. Mes mains se posèrent sur ses hanches.


- Je veux que tu comprenne, que ce n'est pas parce que je ne te désire pas, Abi, dis-je, sérieusement. Tu es la femme la plus magnifique d'Écosse. Je t'aime à un tel point, mais je ne veux pas que l'on commence notre histoire avec une baise, je veux que tu comprenne que pour moi, tu es plus qu'une belle femme désirable.


Je la pressai contre moi et l'embrassai avec amour. Je passai ma main autour de sa taille et l'entraînai vers le château. Nous arrivâmes devant les portes de Poudlard, je me retournai vers elle. Je relevai son visage vers le mien et l'embrassai doucement.


- Je t'aime, dis-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Turner
Étudiante de 7e année
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/09/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Arithmancie
Deuxième Cours: Soins aux Créatures Magiques
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   Jeu 09 Juin 2016, 01:03

La chaleur et le désir s'emparaient lentement de mon corps. J'étais partie à ce pub afin de me ramener un mec, et c'était exactement ce que j'avais fait. Bon, ça ne s'était pas vraiment déroulé comme je l'avais prévu, car j'étais repartie avec le gars qui faisait battre mon coeur, bien que j'étais totalement incapable de le lui avouer. En plus, l'alcool que j'avais bue commençait à descendre dans mon être, engourdissant mes membres et mes sens. Mon cerveau n'avait plus sa pleine capacité. En fait, je pensais presque seulement à baiser. J'en avais envie. Et lorsque j'avais envie de quelque chose, et bien je l'obtenais. C'était ainsi que ça fonctionnait. Du moins, pour moi. J'avais toujours ce que je voulais dans la vie. Et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait changer. 


Cependant, Marek mit fin à mes baisers, afin de poser ses propres lèvres contre mon front. Mais que faisait-il là? On embrassait pas le front d'une personne qu'on va baiser. C'était une marque d'amour. Oui, j'en voulais, mais je ne voulais pas qu'il le sache que j'en avais besoin. Ses yeux se plongèrent alors dans les miens, qui étaient affreusement déçus.


- Abi, dit alors Marek. Ce n'est pas comme cela, que je veux que l'on commence. Je veux que ce soit différent de ce que tu as connu.


Je fronçai les sourcils. Jamais aucun homme n'avait refusé de baiser avec moi. Alors pourquoi l'homme que j'avais toujours eu dans l'oeil agissait ainsi. Il n'y avait rien à comprendre. Surtout qu'il disait s'intéresser à moi. Je ne savais pas comment réagir. Je ne dis simplement rien, laissant plutôt ses lèvres caresser les miennes avec envie. Ensuite, je me retrouvai au sol, bien rapidement recouverte de son manteau. Je relevai la tête afin de le fixer avec une certaine rage, tandis que ses mains se posaient contre mes hanches.


- Je veux que tu comprennes, que ce n'est pas parce que je ne te désire pas, Abi, commença-t-il alors. Tu es la femme la plus magnifique d'Écosse. Je t'aime à un tel point, mais je ne veux pas que l'on commence notre histoire avec une baise, je veux que tu comprennes que pour moi, tu es plus qu'une belle femme désirable.


Je me mordis la lèvre inférieure, pas du tout habituée à recevoir ce genre de déclaration. Mais je me retrouvai de nouveau dans ses bras, alors que ses lèvres embrassaient les miennes. En ce moment, je ne faisais que me demander comment j'allais me rendre jusqu'à Poudlard. L'alcool tapait de plus en plus fort, et disons simplement que j'avais quelques difficultés à rester debout. Heureusement, Marek m'entraîna avec lui en direction du château, et ce, en me tenant par la hanche. Je ne savais pas s'il avait senti mon déséquilibre, ou si c'était simplement un signe d'affection. 


Après plusieurs minutes de marche, je me retrouvai devant Poudlard. Je m'attendais à ce qu'il nous emmène à l'intérieur afin que je puisse me sauver dans mon dortoir et ne plus jamais lui reparler, mais il s'arrêta afin de m'embrasser.


- Je t'aime, chuchota-t-il alors.


- Pas moi, répondis-je machinalement.


Je vis bien sûr la surprise sur son visage. Les larmes emplirent mes yeux alors que je le repoussais fermement. Je savais que je n'aurais jamais dû dire ça, mais ça avait été plus fort que moi. Lorsque l'alcool prenait le dessus, je ne contrôlais plus ce que je disais. C'en était malheureusement ainsi. Je laissai glisser son manteau au sol, baissant la tête.


- J'étais allée à Pré-au-Lard afin de baiser, dis-je alors bêtement. Si tu me donnes pas ce que je veux, ben j'vais y retourner et je vais m'en trouver un autre.


Je me tournai alors vers les portes du château. Je gravis les deux premières marches, mais l'alcool m'attaquait de plus en plus. Je tombai donc brutalement, m'étalant complètement dans les marches extérieures. Je poussai un cri, protégeant ma tête avec mes mains. Je restai au sol pendant ce qui me sembla être une éternité, à pleurer toutes les larmes de mon corps. Je ne pensais pas ce que j'avais dit à Marek. J'avais enfin réussi à mettre la main sur lui, et je me sauvais, comme une belle idiote. Simplement parce que j'étais incapable de croire en ce qu'il voulait m'offrir. 


- Désolée... murmurais-je pour moi-même. 


Il devait déjà être parti, me traitant de tous les noms et se fichant désormais complètement de moi. Ce que je pouvais être idiote.


HJ/ Réponds dans le hall. On est bcp plus proches de là que de Pré-au-Lard babe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une sortie de fefilles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une sortie de fefilles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon
» Sortie de chez le coiffeur...
» Balotelli, hein elle est où la sortie ?
» Sortie dans l'Enedwaith et Livre épique le mardi 2 novembre
» La sortie de la Forêt de Jade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard - Next Gen :: Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-
Sauter vers: