Poudlard - Next Gen

Qu'est devenu Poudlard après le départ d'Harry?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Se Plaindre de Son Amant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cedric Elgort
Enseignant de Potions | Directeur des Poufsouffles
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 02/10/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Se Plaindre de Son Amant   Lun 09 Mar 2015, 21:30

Toujours aussi détruit, je marchais dans les couloirs, sans vraiment savoir où j'allais. Je croisai plusieurs élèves et fantômes, ces derniers baissèrent le regard lorsqu'ils me croisaient. J'étais un professeur aimé, on se sentait mal lorsque je pleurais en public. Je cherchais un endroit où je pouvais me débarrasser des regards de pitié. Je descendis l'escalier principal et arrivai dans le Hall. Je passai devant la Grande Salle et prit un petit corridor. Ce dernier menait à la Salle du Personnel. J'ouvris la porte à la volée et n'y vis pas Judy Milena Lakimov,qui se tenait derrière la porte. Je me dirigeai vers la grande table de victuaille et y pris une bouteille de Whisky-Pur-Feu. Je débouchai d'un coup de baguette et portai le goulot à mes lèvres. Le liquide fort se déversa dans ma gorge, l'enflammant d'un seul coup. Je déposai la bouteille sur la table et me mis à sangloter amèrement. Sentant une présence derrière moi, je me retournai d'un seul coup. Je vis ma patronne, qui me regardait de son regard paisible.



Je...Je.. Je suis désolée, Miss Lakimov
, dis-je en bégayant. Je devais vous voir, rajoutais-je en reprenant mon aplomb. Il s'agit d'Eliott Butcher, madame, il a utilisé cette plume sur une élève de troisième année. Une innofensive élève, Brooklyn Pierce. Miss Pierce a maintenant une sévère cicatrice sur le bras. Je ne crois pas, que c'est ainsi que les parents de nos élèves s'attendent à ce que l'on punisse leurs enfants, si ceux-ci font une bêtise.




À ces mots, je levai la plume et le parchemin et les montrai à la Directrice. Mes yeux croisèrent sont regard, paisible, je n'arrivais toujours pas à m'habituer au fait que ma patronne ait le corps d'une petite fille. Je baissai le regard,avant de le relever. Si Eliott m'avait apprit une chose, c'était de m'exprimer lorsque j'en sentais le besoins. Je pris la bouteille à côté de moi et en repris une gorgée, le whisky me poussa à continuer.



Vous m'avez mit directeur de Poufsouffle, dis-je d'un ton calme, mais tremblant. En tant que directeur de cette maison, je crois qu'il est horrible d'utiliser cet instrument sur une enfant de 13 ans! Je perçois cette action comme de la torture, je refuse que mes étudiants soient victimes de cette pratique. C'est à vous de trancher.



Je posai mon regard sur la directrice, attendant une réaction. Je sentais qu'elle allait se moquer de moi. Elle me retirerait sûrement mon poste de Directeur de Poufsouffle. Je repris la bouteille et vidai le contenu. Je m'accrochai à la table, derrière moi,  l'alcool commençant à faire effet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judy Milena Lakimov
Directrice
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 14/01/2015

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique: Ébène • Plume de Vivet Doré • 31.5cm

MessageSujet: Re: Se Plaindre de Son Amant   Lun 09 Mar 2015, 22:22

Ce matin là, je m'étais levée dans l'allégresse. En fait, je me levais de la sorte à tous les matins. Car j'adorais me lever. J'adorais tout simplement la vie. Et j'adorais mon travail. Je sortis du lit, avant de me diriger à pas légers vers ma penderie. J'y jetai un bref coup d'oeil, puis je me saisis de vêtements amples et simples. Je les revêtis rapidement. Je me brossai tendrement les cheveux. Je n'étais pas pressée, j'avais toute la journée devant moi. Je regardai alors mon calendrier. Je n'avais rien de prévu aujourd'hui, je pouvais donc me permettre d'aller voir mes enseignants. Je n'avais qu'à passer la journée dans leur local pour pouvoir jaser avec chacun d'eux. Mais surtout avec mon fils. 


Une fois que je fus prête, je me mis à gambader vers la salle des enseignants. Eh oui, je gambade souvent pour me déplacer. Car la petite Judy adorait gambader, ça fait donc partie de moi. Mon bureau était non loin de là, je m'y rendis rapidement. En ouvrant la porte, je fus déçue de constater qu'il n'y avait personne. Je me plaçai donc près de la porte. Sur ce mur, il y avait tous les mémos que les professeurs s'écrivaient. J'adorais lire ça. Ça me permettait de me tenir au courant de ce que se passait dans mon école. Avec un sourire constant flottant sur mes lèvres, je commençai à lire les mémos. 


Cependant, ça ne prit pas de temps avant que la porte ne s'ouvre dans un terrible fracas. Je me retournai vivement, surprise d'y voir Cedric. Lui qui habituellement, était si délicat. Je croisai mes bras contre ma poitrine, me demandant ce qu'il allait faire. Mon visage serein ne changea point lorsque je le vis se saisir d'une bouteille de Whisky pur feu, et d'en boire à même la bouteille. Mais qu'est-ce qui avait bien pu le troubler à ce point ? Mon coeur se fendit en deux lorsque mon professeur de potions éclata en sanglots amers. Mon personnel, c'était comme mes enfants. Ils me brisaient par chacune de leurs larmes. Je voulus m'avancer vers lui, mais il se retourna vivement, plantant son regard rempli d'eau dans le mien, toujours serein. Le même sourire flottait sur mes lèvres. C'était constant. Peu importait l'émotion qui m'habitait. 


Je... Je... Je suis désolé Miss Lakimov, pleurnicha Cedric. - Combien de fois lui avais-je de m'appeler Judy? - Je devais vous voir. 


Je hochai lentement la tête de haut en bas. Il avait repris son aplomb, mais je savais qu'il était toujours blessé en son fort intérieur. J'allais le laisser parler, puis j'allais régler ça. Jamais je ne laisserais l'un de mes professeurs dans un tel état. Je ne souhaitais pas non plus m'immiscer dans sa vie privée, mais si je n'avais pas le choix, je le ferai. 


Il s'agit d'Eliott Butcher, madame, continua-t-il. Il a utilisé cette plume sur une élève de troisième année. 


Je jetai un regard à la plume. Je la reconnaissais, et je la connaissais bien. C'était même moi qui l'avait fournie à Eliott, lorsqu'il était arrivé dans cette école. Le sourire qui flottait sur mes lèvres prit un peu d'ampleur. Intriguée, je ne dis rien. Je me demandais ce qu'était la suite de son discours. Je reportai donc mon attention sur Cedric. 


Une inoffensive élève, Brooklyn Pierce, me dit-il. Miss Pierce a maintenant une sévère cicatrice sur le bras. Je ne crois pas que c'est ainsi que les parents de nos élèves s'attendent à ce que l'on punisse leurs enfants, si ceux-ci font une bêtise.


Je me saisis du matériel alors que Elgort me le tendait. J'en lus rapidement le contenu; il s'agissait d'une copie. Mais une phrase attira mon attention. Écrite par-dessus les autres, je l'avais tout de suite remarquée. C'était la main d'écriture de mon enseignant de potions. Et de sa main étaient écrits les mots: Je t'aime Eliott Butcher. J'avais toujours su que Cedric avait un faible pour Butcher, mais je ne savais pas que ce dernier était au courant. Qu'avais-je manqué ces derniers temps ? Je relevai doucement mon regard, toujours aussi paisible. Je croisai le sien, empli de souffrance. Je poussai un bref soupir alors qu'il portait de nouveau la bouteille de whisky à ses lèvres. Heureusement qu'il n'avait pas de cours aujourd'hui, car ce n'était pas très accepté de boire pendant ses heures de travail. J'étais plutôt souple comme directrice, mais j'avais tout de même certaines limites. 


Vous m'avez mit directeur de Poufsouffle, continua Cedric d'une voix qui me semblait apeurée. En tant que directeur de cette maison, je crois qu'il est horrible d'utiliser cet instrument sur une enfant de treize ans. 


Je penchai doucement la tête sur le côté. La jeune Pierce n'était pas la première à écoper de ce traitement. Parfois, il fallait utiliser des manières plus brutales afin de réussir à passer un message. Sinon, ils continuaient. 


Je perçois cette action comme de la torture, dit l'enseignant. Je refuse que mes étudiants soient victimes de cette pratique. C'est à vous de trancher. 


Son regard, maintenant décidé, se posa à nouveau sur moi. Il avait fini. Et la bouteille aussi. Je m'avançai vers lui, et posai ma main sur son coeur. Il semblait intrigué. D'un coup de baguette, je fis brûler le matériel de torture. 


Tu es un enseignant au coeur bon, dis-je sur un ton joyeux. Cette technique sera dorénavant interdite dans l'école. Mais saches que tu n'as pas à punir Eliott pour cela. Il utilisait cette plume à ma demande. 


Je reculai de quelques pas, plongeant de nouveau mon regard dans le sien. Je me faufilai dans ses pensées, l'empêchant momentanément de faire le moindre mouvement. Je souris moqueusement lorsque je le vis avec Eliott. Ils étaient ensemble, semblait-il. Et Gwen était enceinte... Je n'avais même pas été mise au courant ! Je me retirai de son esprit, le sourire toujours aux lèvres. 


Files voir Eliott, lui dis-je d'une voix légère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cedric Elgort
Enseignant de Potions | Directeur des Poufsouffles
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 02/10/2014

Feuille de personnage
Choix de Cours: Aucun
Deuxième Cours: Aucun
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: Se Plaindre de Son Amant   Lun 09 Mar 2015, 22:49

Miss Lakimov me fixa de son regard doux, avec un mince sourire. Elle fit quelques pas sautillants vers moi et déposa sa petite main sur mon coeur. Elle prit le matériel de torture et le brûla d'un simple coup de baguette. Elle me sourit gentiment.



Tu es un enseignant au coeur bon, me répondit-elle d'un ton léger. Cette technique sera dorénavant interdite dans l'école. Mais saches que tu n'as pas à punir Eliott pour cela. Il utilisait cette plume à ma demande.



Je ne pus m'empêcher d’écarquiller les yeux en entendant cela. Judy recula de quelques paset plongea son regard dans le mien. Elle souriait toujours.



Files voir Eliott, me dit-elle.



Je ne savais pas comment elle savait pour moi et mon amant, mais, elle avait le don de me redonner une certaine confiance en moi. Je lui lançai donc un regard de grattitude et couru vers la porte. Je l'ouvris à la volée et couru dans le corridor. Je montai l'escalier principal et me dirigeai à grands pas vers la salle de cours de mon amant. En y entrant, je vis une classe de première année, les petits visages se tournèrent vers moi.



Où est Mr Butcher
, demandais-je.



Tous m'indiquèrent la porte fermée au fond du local. Je fixai la porte pendant un moment,me rappelant que c'était là que nous l'avions fait, pour la première fois. Je secouai la tête et m'avançais vers cette dernière d'un pas décidé. Je me tournai vers la classe .



Retournez dans vos salles communes, dis-je d'une voix douce, mais ferme. Le cours est terminé.



Les élèves prirent leurs sacs et leurs baguettes. Tous se dirigèrent vers la porte, sans un seul bruit. Je me retournai vers le bureau de mon amant et pointai ma baguette sur la porte.


ALOHOMORA,dis-je.


La porte s'ouvrit à la volée, je découvris un immense désordre et un Eliott en pleur. Je l'agrippai et l'attirai à moi.


Je t'aime trop, dis-je d'une voix tremblante. Trop pour te détester.


HJ : ELIOTT JE TAIME ET J'ARRIVE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se Plaindre de Son Amant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Se Plaindre de Son Amant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un amant, un ami....
» la femme le mari et l'amant
» Amant et Maitresse (pv MacKayla Lane)
» Daniella Cooper • Un mari pour le chic, un amant pour le choc et un vieux pour le chèque.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard - Next Gen :: Poudlard :: Hall :: Salle des Profs-
Sauter vers: